Informations diverses (par ordre chronologique)

Sources : 
Silvia Cattori, ISM International Solidarity Movement ism-alert@palsolidarity.org,,  Association of Forty (http://www.assoc40.org/index_main.html) and Association Adalah (http://www.adalah.org), The International Women's Peace Service (IWPS) IWPS@palnet.com - http://www.womenspeacepalestine.org , Coalition-quebec tmoalla@coalitionsquebec.org, gush-shalom www.gush-shalom.org, www.boycottfrance.com, Une paix juste au Proche-Orient www.paixjusteauproche-orient.asso.fr, The electronic intifada www.electronicintifada.net, http://www.btselem.org, Comité public contre la torture en Israël pcati@stoptorture.org, http://www.stoptorture.org.il
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les soldats israeliens tirent délibérément sur les pacifistes qui viennent en observateurs en Palestine

Rapport hebdomadaire des observatrices de barrages : "Machsomwatchers" (membres de la "Coalition des Femmes pour une Paix juste" en Israël)

__________________________________________________________________

10 Mai 2003

Bedouin in the Negev Face New "Transfer" by Jonathan Cook (Jonathan Cook is a journalist living in Israel.)

Additional information on "unrecognized" villages and the Bedouin is available through the Association of Forty (http://www.assoc40.org/index_main.html) and Adalah (http://www.adalah.org).
For background on discrimination in Israeli state policies toward minorities, see Oren Yiftachel, "The Shrinking Space of Citizenship: Ethnocratic Politics in Israel," in Middle East Report 223 (Summer 2002). 
The article is accessible online at :
http://www.merip.org/mer/mer223/223_yiftachel.html

The White House's hoped-for restructuring of the Middle East has begun : Iraqi President Saddam Hussein has been ousted from power by US and British troops who now patrol the streets of Baghdad, while a few hundred miles away Palestinian leader Yasser Arafat has been shunted aside in favor of the more
Washington-friendly Mahmoud Abbas. With these tectonic shifts dominating Middle East coverage, Israeli Prime Minister Ariel Sharon has been preparing a smaller-scale reordering of the region which he hopes will escape attention. He has devised a plan to rid the huge semi-desert area of the Negev, located in the south of Israel, of its Bedouin farmers.
The Bedouin, who comprise some 15 percent of the one million Arab citizens of Israel, are divided into two main groups. A few tens of thousands living in the Galilee in the north are descended from tribes that arrived from Syria. A southern group, the majority, reached the Negev from Sinai and the Arabian Peninsula. Before 1948, when the state of Israel was created, the Negev was almost exclusively inhabited by Bedouin tribes, whose historic claims to the land had been recognized by the Ottoman Empire and the British Mandate authorities. Under the 1947 UN partition plan, which sought to establish two separate states in mandatory Palestine -- one Palestinian Arab and the other Jewish -- the Negev region was allocated to Palestinian control.
Israeli governments have tried consistently to foster divisions within the country's Arab population to prevent it from mobilizing against discriminatory state policies. The Negev Bedouin in particular have found themselves separated both geographically and socially from other Arab citizens. One successful way of isolating the Bedouin from the main Christian and Muslim communities has been to pressure them to serve in the army, mainly as low-ranking desert trackers (only the small Druze community is conscripted).

BEDOUIN "TRANSFER"

During the 1948 war, and afterward, it was considered a priority by the fledgling Israeli state to clear the Negev of its Bedouin population. Israel's first prime minister, David Ben Gurion, wrote to his son 11 years before the birth of the Jewish state: "Negev land is reserved for Jewish citizens whenever and wherever they want. We must expel the Arabs and take their place." By 1951, fewer than 13,000 inhabitants remained of a community that numbered somewhere between 70,000 and 90,000 in the late 1940s. As late as 1953, the United Nations reported the expulsion of some 7,000 Negev Bedouin into adjacent areas of Jordan, Egyptian-occupied Gaza and the Sinai, though many later slipped back over the borders undetected.

Moshe Dayan, commander of Israeli forces in the 1967 war and the country's most renowned military hero, gave voice to a common wish when he predicted in 1963 that "this phenomenon of the Bedouin will disappear." The reasons for the antagonism shared by Israeli leaders were manifold: Israeli governments, aiming for control of the land and its demographics, were concerned by the Bedouins' fertility rate -- one of the highest in the world. Their semi-nomadic lifestyle made it all but impossible to contain their movement across territory and to monitor their political activities as the state kept watch over the sedentary Arab communities. Farming, the economic lifeblood of the Bedouin, was regarded as labor suitable only for Jews. According to the pioneer ethic within Zionism, working the land was synonymous with redeeming it. The Negev, some two thirds of the new state's land mass, was viewed as a huge tract that could absorb future Jewish immigration. Finally, the desert's barren expanses, difficult to infiltrate or traverse unseen, were considered the ideal setting for military bases and sensitive operations. Israel's nuclear reactor, for instance, is located near the Negev town of Dimona, as is its implicitly acknowledged nuclear arsenal.
In the decades following the 1948 war, Israeli governments worked relentlessly to make the Bedouin "disappear." The Bedouin who had not fled or been terrorized from their tribal lands during the war were "transferred" in the 1950s, either to the center of the country, to ghettoes attached to towns like Ramle and Lod, where many work as low-wage manual laborers, or to a small area close to the town of Beersheva, in the northern Negev. The rest of the Negev, some 85 percent of the total land mass, was declared off limits, designated as blocs of military zones and conservation parks.
The Negev area in which the Bedouin were concentrated came to be known as the "siege zone": a ring of Jewish settlements was established to contain the Bedouin, while their lands were further whittled away through the construction of industrial areas, more military zones and conservation parks, and an airport. Each village was encircled and separated from its neighbors by new Jewish farms, settlements or development towns. Today the Bedouin, a quarter of the Negev's population, occupy just 2 percent of itsland.

"UNRECOGNIZED" VILLAGES

Since the mid-1960s, Israel has classified these Bedouin communities in the Negev as "scattered" and put great pressure on the inhabitants to give up their traditional lifestyles as farmers. The state has offered only to move these Bedouin into one of seven deprived urban reservations created in the 1970s. Half of the 130,000 Bedouin in the Negev now live in these townships, all of which languish at the bottom of every socio-economic index.

Those who refuse the state's offer of relocation live in "unrecognized" villages, meaning that provision of public services, such as water, electricity and sanitation, as well as medical clinics and schools, is illegal. In the Bedouin village of Abda, for example, the children must make a round trip of 87 miles each day to a "recognized" area with a school. All buildings are unlicensed (there are no municipalities to apply to for a permit) and are therefore subject to demolition orders. Some 30,000 Bedouin structures in the Negev are under constant threat of destruction. As a result, most villagers are forced to live in tents or metal shacks. (The problem of the unrecognized villages also afflicts the northern Bedouin population, although on a smaller scale.)
Sharon, who owns a large ranch in the Negev, has been one of the prime movers in the long-running, low-intensity war to transfer the Bedouin off their historic lands. In 1976, when he served as agriculture minister, he established a paramilitary police force for the Negev, misleadingly entitled the Green Patrol, to enforce the demolition of Bedouin homes and to confiscate farmers' herds of cattle, sheep and goats. At the time, Sharon promised that the activities of the Green Patrol would generate a "revitalization" of the Negev. Now, as prime minister, he has the chance to finish the job he started.

SHARON'S PRIZED REAL ESTATE

In April 2003, Sharon's government approved a five-year plan, backed by a budget of more than $200 million, as "a real attempt to deal with problems faced by [the Bedouin] sector, as well as the land issue." The government is due to begin implementing the program later in 2003. Although the plan was reportedly the work of a special ministerial committee, advised by the local councils of Jewish towns in the Negev, most of its inspiration came from Sharon himself.
The Hebrew media enthusiastically characterized the program as a way to provide mechanisms to settle land disputes and develop infrastructure for the Negev's Bedouin, including proposals to establish new Bedouin communities. A local council leader, Shmuel Rifman, who represents 4,500 Jews in the Negev, mostly ranchers, told the daily Ha'aretz newspaper on January 7: "Anyone who talks about a powder keg in the Negev when relating to the region's Bedouin must unhesitatingly adopt this plan."
Bedouin leaders reacted differently, however. The Bedouins' main lobbying group, the Regional Council for the Unrecognized Villages, stated in a press release: "We see thi plan as a declaration of war on the Bedouin community of the unrecognized villages." It added: "This plan was never discussed with any of the population or their representatives." That may be because not one Bedouin or Arab representative has been appointed to the 17-member Southern Regional Planning Committee, which oversees planning issues in the Negev.
The same Ha'aretz report hinted at the cause of the Bedouins' alarm. The five-year plan's secondary goal, it was revealed, was the "massive reinforcement of officials responsible for enforcing planning and construction ordinances in the Negev," including an expanded Green Patrol and more staff for the Justice Ministry and the courts dealing with land claims.
In fact, while the five-year plan masquerades as an attempt at disinterested adjudication of land disputes between the Bedouin and the government, it is really a coordinated policy of using force to transfer all the Bedouin from their "scattered" villages into three new reservations, based on three former unrecognized villages and designed along the lines of the existing seven townships.
Negev land will then be freed for one of Sharon's long-cherished dreams, to settle new Jewish immigrants in the arid region, either by offering large subsidies to encourage them to move from the densely populated center of the country or as part of a World Zionist Organization (WZO) scheme to bring 350,000 immigrants to the Galilee and Negev by the end of the decade. Land will also be made available to individual wealthy farmers for more "ranches" similar to Sharon's, where crops such as grapes and dates can be grown intensively or sheep and cattle reared. Subsidized water and electrification for the farms have already been approved.
Work on 14 new Jewish settlements in the Negev is due to begin in early summer 2003, as originally conceived by Sharon when he was housing minister in the early 1990s. The new construction will mark the first time in 25 years that the WZO has financed settlement-building in Israel rather than the West Bank and Gaza. The first Jewish community, Givat Bar, is to be built on the land of Araqeeb village, south of the Bedouin township of Rahat, which was "temporarily" confiscated from the local Bedouin tribe in
1953.

"TRESPASSING" AT HOME

The reordering of the Negev will be achieved in two stages. First, most of the 70,000 Negev Bedouin who live in 45 unrecognized villages will gain a new legal designation under an amendment to the 1981 Law on Public Land being hurried through the Knesset. The "Eviction of Trespassers" amendment will give officials the power to classify anyone as a trespasser living on state lands without going through lengthy court procedures. The designation can be applied retroactively to encompass Bedouin who have "trespassed" in the past three years.
The trespass law will criminalize the Bedouin, as well as their villages. Offenders -- anyone who tries to encamp or farm on his historic lands -- will face six months in jail and a fine. Repeat offenders will get two years of imprisonment and a doubled fine. Bedouin villagers will be obliged to prove that they are not trespassing. It will not be possible for a defense lawyer to argue that the villages have existed since before the creation of the state, or in other cases that the land villagers now dwell where they were moved by the state when their original lands were confiscated. To avoid being designated as trespassers, the villagers will therefore have to register their lands individually. Given the extant court decisions that unrecognized villages are built on state land, the chances of winning this argument are virtually nil.
The Negev program lays aside a budget for compensation of displaced Bedouin, although if the precedent of the former wave of registrations in the 1970s is followed, reparations will be meager or will take the form of offers of subsidized homes in the new townships. A clue to the government's thinking was provided by the Israeli Arab lobbying group Mossawa, whose analysis shows that for the year 2003 the government has actually cut the land compensation budget for the Bedouin to $26 million from an average annual fund of $30 million. Only $65 million has been allocated for the remaining four years of the plan, nearly half what normal projections would suggest.
That allows for less than $1,000 in compensation for every Bedouin in an unrecognized village -- and less than the $80 million allocated for the destruction of their homes.
It will be possible to appeal disputes between individual Bedouin and the Israel Lands Administration (ILA), the government's land-holding arm, over the status of land. But such appeals will be referred to a ministerial committee or to the "responsible minister" - that is, to the more powerful party in the dispute. Until recently, the "responsible minister" would have been the interior minister, but in the new coalition government that job has gone to the dovish Avraham Poraz of Shinui. Sharon therefore transferred planning responsibilities temporarily to his own prime minister's office, before passing them on to his hawkish trade and industry minister, Likud member Ehud Olmert, who presided over numerous demolitions of Palestinian houses as mayor of Jerusalem. Olmert was quoted in Ha'aretz on April 11 saying that "we will conduct contacts with [the Bedouin]. However, I assume that they will absolutely oppose [the plan]. We will ot be deterred from  implementing the decision, because there is no other way that we can fulfill [our mandate]. If [this issue] was subject to an agreement, it would never be given. It is a question of the government's determination in implementing its decisions."

PERILS OF RECOGNITION

The five-year plan's second thrust is the creation of three new townships based on three Bedouin villages that have been recognized, Bir Hadaj, Dariyat and al-Madbah, which are respectively to be given the Hebrew names of Bir Heim, Mari'at and Beit Felet. The villages were chosen because they are home to three of the largest tribes, whose combined opposition might have posed the biggest threat to implementing the plan. Tens of thousands of other Bedouin will be left with no choice but to move into the three new or seven existing townships.

For varying tactical reasons, over the course of the 1990s another four of the 45 unrecognized villages were also recognized, though public services in those villages have not improved. The exclusively Jewish Southern Regional Planning Committee has refused to approve local master plans for the recognized villages, thereby condemning Bedouin residents to life without water and electricity supply indefinitely. The sham of recognition is illustrated by the case of Abda, which won a supposed change of status in 1992. The community, however, was not recognized in its entirety, only the homes of seven families who were to be incorporated into a planned national park to include the historic village of Abda and its Nabatean ruins.

The government's likely intentions toward the partially recognized villages, as well as the unrecognized ones, emerged on March 4, 2003 when the Israel Lands Administration, without warning, sent helicopters loaded with herbicides to Abda and sprayed some 375 acres of crops being grown by the villagers. Children playing below were covered in the toxic mist, the pilots apparently undeterred by their presence in the fields. Although the government later advised residents that the herbicides were not harmful to humans, several children needed treatment for shock after they and their parents thought they had been the victims of a chemical attack from Iraq.
The crop destruction was repeated on April 2, when some 1,300 acres were sprayed - more than 300 acres of which belonged to the family of Sheikh Jabar Abu Kaff, head of the Regional Council for the Unrecognized Villages.

DEFINING FIGHT

The spraying incidents follow on the heels of the demolition of dozens of Bedouin homes in the spring of 2003. There has been a marked increase in such destructions over the past year, suggesting that Sharon is determined to turn the screws ever tighter. A new precedent was set on February 5 with the razing of a mosque in Tel al-Milleh village, the first time a place of worship has been destroyed. The villagers had built the mosque illegally after being refused a permit and having been offered nowhere else to pray by the authorities. When the villagers and other Bedouin and Arab citizens joined together to rebuild the mosque within a few days, the Southern Regional Planning Committee issued another demolition order to the ILA, although the order has been frozen for the time being by the courts.
Adalah, a Israeli NGO which provides legal defense to the country's Arab citizens, has threatened Sharon with court challenges if he proceeds with his five-year plan for the Negev, which they describe as both discriminatory and illegal. Sharon is unlikely to be intimidated, knowing that the courts have sided consistently with the state in its land disputes with the Bedouin. His scheme is a reminder to Israel's Arab minority that its defining fight with the state -- over access to and control of land -- is far from finished. The crop spraying and new wave of demolitions indicate that Sharon is likely to show little mercy in his battle to clear the Negev.
This time he appears determined to make sure the Bedouin disappear from this prized real estate for good.
-----------------------------------
8 Mai 2003

Des internationaux, des Israéliens et des fermiers palestiniens blessés lors
d'une attaque par des colons armés
mercredi 7 mai 2003
Communiqué de Presse
Internationals, Israelis and Palestinian Farmers Injured in Attack by Armed
Settler/Colonists
Pour plus d'informations, contactez Nadya
The International Women's Peace Service (IWPS)
Bureau: 09 2516 644 - portable: 055 854 988
IWPS@palnet.com - http://www.womenspeacepalestine.org

Deux internationaux, cinq Israéliens et dix fermiers palestiniens (dont
trois femmes âgées) labouraient des champs dans le village de Sawiya en
Cisjordanie [au sud de Naplouse] mercredi matin. Environ vingt colons armés
avec un gros chien berger allemand, sont arrivés de la colonie illégale
d'Eli et ont commencé à les attaquer. Les Israéliens et les accompagnateurs
internationaux étaient venus pour offrir une présence protectrice aux
fermiers qui sont régulièrement attaqués par les colons tandis qu'ils
travaillent pacifiquement sur leurs terres.
Une femme âgée a été battue sévèrement à la tête avec des fusils et des
bâtons et son bras semble cassé. Les colons ont lancé des pierres sur au
moins un des Palestiniens alors qu'il appelait les autres personnes dans les
champs, pour les prévenir. Il a aussi été battu avec des grosses pierres. Il
saigne et son bras semble disloqué. Une internationale d'Afrique du Sud,
Anna, a été attaquée par plusieurs colons et un gros berger allemand et son
sac et sa caméra lui ont été arrachés. Ayesha, une autre internationale, est
tombée et s'est fait mal à la cheville quand elle a été poursuivie par les
colons en descendant une colline pierreuse. Keren, Raz, Ariel et Ilan, tous
Israéliens, ont été battus avec des bâtons. Une journaliste française,
Frédérique, a été battue et sa caméra volée. Un âne, un cheval, et du
matériel de labour ont également été volés entre autres choses.
Un soldat israélien a été témoin de l'attaque mais n'a rien fait pour
détourner les colons de leurs crimes. Plus tard, d'autres soldats israéliens
sont arrivés, mais ont seulement écarté le groupe et ont dit aux
Palestiniens de quitter la terre qu'ils exploitaient et qui se trouve à au
moins 300 mètres de la frontière de la colonie illégale d'Eli.
L'attaque a eu lieu ce matin à 9 heures 30. "Les colons semblaient arriver
de nulle part", raconte Anna de l'IWPS, et ils ont commencé à courir vers le
groupe en criant "Nazis, Nazis!"
"Cette attaque est une attaque contre la paix", dit Anna. "Nous travaillons
ensemble à labourer la terre, côte à côte avec des Israéliens et des
Palestiniens. Il est évident que les colons veulent détruire la paix entre
les gens et les terrorisent afin qu'ils quittent leurs terres. Nous étions
simplement en train d'apprécier cette belle journée dans un paysage pastoral
et tout à coup nous avons été cernés par la violence et les attaques".
Malgré les attaques, les fermiers palestiniens, les Israéliens et les
internationaux resteront dans les champs aujourd'hui. "Malgré les risques,
la terre doit être labourée afin que les fermiers puissent nourrir leurs
familles", a expliqué Anna.
ISM
Tom Wallace
Coordinateur ISM des Médias
Beit Sahour, Palestine Occupée
972 2 277 4602 - 972 52 360 241- 972 67 862 439
ism-alert@palsolidarity.org
-----------------------
10 Mai 2003

Document à signer pour l'accès de non nationaux à Gaza, tel qu'il est diffusé par INTERNATIONAL SOLIDARITY MOVEMENT.

Israeli Defense Forces

Form to be filled out and submitted to IDF authorities
prior to entry to the Gaza Strip

First name      Family name
Nationality
Passport number
Home address
Address in Gaza
Purpose of visit in detail
Duration of visit
Organization arranging visit

Conditions of Entry into the Gaza Strip

Foreign nationals entering the Gaza Strip, please note
that the IDF is committed to ensuring the safety of
civilians not engaged in hostilities. However, in the
current circumstances, the IDF cannot guarantee the
personal safety of foreign nationals visiting the area.
Although the IDF cannot accept responsibility for death,
injury or damage/loss of property incurred as a result
of military activity, foreign nationals visiting the area
are subject to the following conditions whose purpose
is to minimize the risks involved:

1. The Military Installation Area along the border with
Egypt is IDF administered territory and is strictly out of
bounds to foreign nationals. Please note that this area
has been the site of intense hostilities and is extremely
dangerous.

2. Interference or obstruction of Israeli security personnel
in the performance of their duties is a criminal offence.

3. The areas adjacent to the Perimeter Fence,
Israeli Settlements, Lateral Roads serving Israeli civilians
and IDF positions are Closed Military Zones
and are strictly out of bounds to all persons.

4. Foreign nationals are strongly advised to stay well
clear of military activity.

Declaration

I declare that the details provided above are true and
correct and that I have read the above conditions and
agree to abide by the fully. I am aware that my failure
to do so may lead to my arrest and/ or expulsion from
the Gaza Strip and/or from the territory of the State of
Israel. I am aware of the risks involved and accept that
the Government of the State of Israel and its organs
cannot be held responsible for death, injury and/or
damage/loss of property which may be incurred as a
result of military activity. I also undertake not to disrupt
IDF operations in any way and declare that I have no
association with the organization known as ISM
(International Solidarity Movement) nor any other
organization whose aim is to disrupt IDF operations.

Signed                                        Date

-------------
9 May 2003
LA PROTESTATION D'AMNESTY INTERNATIONAL
PRESS RELEASE - News Flash
  Israel/Occupied Territories: Amnesty International delegates denied access
to Gaza

Amnesty International today condemned the Israeli authorities' decision
requiring foreigners entering Gaza to sign "waivers"  that absolve Israel
from responsibility should they be killed or injured.
        "The organization is categorically opposed to any attempt to get
people to sign away their rights," Amnesty International said. "The
signing of 'waivers' does not absolve the Israeli army of its
responsibility in any way, nor the Israeli authorities of their duties to
ensure that armed froces respect human rights in all circumstances."
        The organization is concerned that one aim of these new and
drastic restrictions is to prevent outside monitoring and scrutiny of the
conduct of the Israeli army. It is also concerned that these restrictions
will lead to more killings in Gaza and calls on the army to immediately
end the use of excessive and unlawful force.
        Amnesty International's delegates were denied access to Gaza
today. They were required to sign the "waivers" which they refused to do.
The organization has repeatedly demanded that international human rights
monitors be deployed in Israel and the Occupied Territories to ensure that
international standards are abided by.
        "We condemn all unlawful killings of civilians, including
children, in Israel and the Occupied Territories, whether committed by
members of the Israeli army or members of armed Palestinian groups,"
Amnesty International said.
Background
The declaration to be signed states, among other things, that the
individual "accept(s) that the government of the state of Israel and its
organs cannot be held responsible for death, injury and/or damage/loss of
property which may be incurred as a result of military activity".

--------------
10 mai 2003

APPEL URGENT D'ISM : 3 INTERNATIONAUX en garde à vue à Tulkarem
[ Beit Sahour, Palestine Occupée]
Radika, citoyenne américaine ; Charlotte, citoyenne britannique et Osama, un
coordonnateur palestinien travaillant avec l'ISM, ont été retenus par les
forces israéliennes près de Tulkarem en Cisjordanie.
 
Les détails sur leur arrestations sont peu détaillés pour l¹instant. Nous ne
savons pas où ils sont détenus ou s'ils seront expulsés. Voilà les dernières
étapes du plan de l'armée israélienne pour faire partir ISM de la
Cisjordanie et la Bande de Gaza.
 
Vendredi, 9 mai 2003, les forces israéliennes ont fait un raid sur les
bureaux de l'ISM  et le Centre de Rapprochement voisin à Beit Sahour. Trois
femmes ont été mises en garde à vue, tous les ordinateurs du centre ont été
confisqués. Deux des femmes ont été libérées.  Flo (Krisitin), citoyenne
américaine, reste en détention préventive. On lui a dit qu'elle sera
expulsée.
Jeudi soir, 8 mai 2003, deux internationaux britanniques ont été retenus à
la frontière d¹Erez à l'entrée de la Bande de Gaza. Il s¹agit de Nick et
Alice. Tous les deux sont détenus dans une colonie de la Bande de Gaza. On
leur a dit qu'ils sont expulsés.
Appelez s'il vous plaît des représentants gouvernementaux pour protester des
détentions illégales et des déportations.
En plus de vous demander d¹élever la voix fortement contre les attaques
continues envers la paix et des activistes des droits de l'homme, nous avons
les demandes spécifiques suivantes:
1-nous avons un besoin urgent d'ordinateurs pour reprendre notre travail.
Nous appelons en particulier les organisations palestiniennes et
israéliennes à nous faire des dons immédiatement ou à nous  en prêter pour
nous aider à reprendre notre travail.
2-nous avons un besoin urgent d'aide légale. Nous recherchons des avocats,
localement et internationalement pour nous aider dans le combat contre la
série de procédures illégales auxquelles les activistes de paix font face.
3- pour faire face à la politique déclarée de transfert/ d¹expulsion des
activistes internationaux de paix, nous demandons vivement aux activistes
pacifiques Juifs du monde entier de considérer le fait de rejoindre  le plus
vite possible ISM en Palestine
Emails temporaires : "George N. Rishmawi" <abunimir@yahoo.com ;
g_andoni@yahoo.com ; gh_andoni@hotmail.com
----------
Les militaires israéliens veulent priver les palestiniens de toute protection et de témoins mailto:silviaverbier@smile.ch

Bet Sour, Bethléem. Ce matin 20 jeeps, 50 soldats et policiers, ont
encerclés les bureaux de l'International solidarity mouvement. Ils l'ont
investi et fait ce qu'ils font en ce genre de circonstance : ils ont
tout dévasté, cassé le matériels,les ordinateurs, saisi des documents,
etc. Ils ont "kidnappé" les trois personnes qui se trouvaient là, par
hasard. Il s'agit de Flo, une femme de nationalité américaine, membre de
l'ISM. Miranda, de nationalité australienne, membre d'une ONG
humanitaire, de Fida, une palestinienne, qui, elle, a été relâchée,
après interrogatoire. Flo et Miranda, sont détenues, et vont,
semble-t-il, êtres expulsées hors d'Israël. Il s'agit de kidnappings
purs et simples ; car, les forces de police d'Israël ont procédé à ces
actes à Bet Saour, en Palestine, donc hors Israël. Ce pays n'a aucune
autorité à empêcher qui que ce soit d'aller librement en Palestine. Les
généraux qui sont à la tête de l'État d'Israël se conduisent comme des
gangsters et non pas comme les chefs d'un État civilisé. Israël occupe
le peu de territoire qu'il leur reste aux Palestiniens.
Plus tard, j'ai appris que les soldats ont arrêté deux membres de l'ISM
quand ils passaient le check point d'Erez.
Il s'agit d'Alice, une britannique, âgée de 27 ans ; et de Nick, un
britannique, vivant à Londres, âgé de 19 ans. Quand je les ai rencontrés
ils étaient choqués. Ils avaient vu des dizaines de Palestiniens tomber
sous les balles des soldats israéliens durant leur séjour. Ils avaient
vu deux camarades de l'ISM tomber : Rachel Corrie et Tom Hundall tomber.
Les militaires les auraient arrêtés, sous prétexte que les membres de
l'ISM sont interdit d'entrée en Palestine. Tout international, qu'ils
soit fonctionnaire de l'ONU ou autre, doit être à partir de maintenant,
en possession d'un permis spécialement accordé par Israël.
En fait, ils s'agit d'empêcher les internationaux d'aller là où les
soldats israéliens commettent des crimes. L'International solidarity
mouvement, n'a pas l'intention de se laisser faire.
Quand, l'Europe finira-t-elle par mettre Israël, sur le banc des accusés.

-----------------
10 mai, 12h42

Laura Gordon, Américaine, juive et pacifiste pro-palestinienne
Par Christian CHAISE

 Elle est Américaine et juive, et depuis six semaines, elle essaie
d'empêcher les bulldozers israéliens de démolir des maisons à Rafah: Laura
Gordon, 20 ans, est l'un de ces pacifistes étrangers pro-palestiniens
devenus la bête noire de l'armée israélienne.
C'est apparemment pour neutraliser les membres du Mouvement international de
solidarité (ISM), une organisation pacifiste pro-palestinienne dont elle
fait partie, que l'armée a annoncé vendredi des mesures draconiennes à
l'encontre des étrangers désirant entrer dans la bande de Gaza.
Ces étrangers devront désormais signer un formulaire par lequel ils
s'engageront à éviter certains endroits et certifieront n'avoir "aucun lien
avec l'organisation appelée ISM ou toute autre organisation dont le but est
de perturber les opérations de l'armée".
Les membres de l'ISM sont donc maintenant officiellement persona non grata
dans la bande de Gaza. Et ils pourraient bien le devenir aussi en
Cisjordanie, puisque l'armée a perquisitionné vendredi les bureaux de
l'organisation à Beit Sahour, près de Bethléem, arrêtant deux étrangères,
une Américaine et une Australienne.
L'un des fondateurs de l'ISM, Ghassan Andoni, a précisé à l'AFP que son
organisation avait actuellement une vingtaine de membres dans les
Territoires. Elle en a eu jusqu'à une centaine.
"Il est clair que nous avons perdu notre statut d'étrangers privilégiés",
déclarait Laura Gordon jeudi à l'AFP.
"Nous avons maintenant autant de chances de nous faire tirer dessus que les
Palestiniens. Je crois qu'ils (l'armée) ne font plus de différence",
disait-elle dans le bureau de l'ISM à Rafah, ville du sud de la bande de
Gaza limitrophe de l'Egypte qui est aussi une véritable zone de guerre.
Au cours des deux derniers mois, trois membres de l'ISM ont payé très cher
leur engagement pro-palestinien, puisque l'une, Rachel Corrie, une
Américaine de 23 ans, a été tuée à Rafah par un bulldozer israélien qu'elle
essayait d'empêcher de détruire une maison et que deux autres, Brian Avery,
un Américain de 24 ans, et Thomas Hurndall, un Britannique de 21 ans, ont
été grièvement blessés.
"Il y a beaucoup de choses que j'aurais faites il y a deux mois et que je ne
ferai plus", dit Laura Gordon. "Avant, je me serai dressée beaucoup plus
devant les bulldozers et les tanks", mais, ajoute-t-elle, "nous ne sommes
pas ici pour devenir des martyrs".
Cette jeune Américaine originaire de Pittsburgh (Pennsylvanie) est l'un des
quatre membres de l'ISM à Rafah, où leur activité principale consiste à
témoigner sur les démolitions de maisons palestiniennes par l'armée, à
défaut de pouvoir les empêcher.
"De mon point de vue, Rafah est une ville extrêmement juive", dit-elle en
riant, dans une allusion à la proportion de membres de l'ISM qui sont juifs.
Car là n'est pas le moindre paradoxe de ce mouvement créé il y a deux ans
dans la région de Bethléem. Selon M. Andoni, entre 15 et 20% des membres de
l'ISM sont juifs.
"C'est logique, car les Juifs ont une tradition d'activisme social. Cela
fait partie de notre religion et de notre culture. Lorsqu'il y a oppression
et souffrance, nous sommes tenus d'aller sur place pour essayer d'alléger
cette souffrance. Cela s'appelle 'Tikoun ha-olam' (rendre le monde
meilleur)", explique Melle Gordon.
Dans son cas, le plus irritant, pour les autorités israéliennes, est sans
doute qu'elle est venue en Israël en décembre dans le cadre d'un programme
officiel destiné à faire découvrir l'Etat hébreu --tous frais payés-- à de
jeunes juifs de la diaspora, avec l'espoir qu'ils feront aliya, c'est-à-dire
qu'ils s'établiront en Israël.
"C'est plutôt drôle", commente-t-elle. "Beaucoup de gens m'ont dit: 'tu as
trahi le programme'".
Dans le cadre de ce programme, elle a d'abord commencé par rendre visite
régulièrement à un jeune Israélien grièvement blessé lors d'un attentat
suicide palestinien.
C'est ensuite que cette jeune idéaliste s'est intéressée à l'autre bord.
"J'aimerais qu'ils puissent comprendre que je pense travailler pour eux",
dit-elle des Israéliens. "Je travaille pour la paix. Pour qu'il n'y ait pas
d'occupation et pas d'attentat suicide".
Taïeb Moalla
Coalition Québec/Palestine
tmoalla@coalitionsquebec.org
--------------------------------
6 Mai 2003

L¹ARMEE ISRAELIENNE TIRE SUR LES PARENTS DU JEUNE PACIFISTE BRITANNIQUE TOM HURNDALL    

6 mai ­ Des soldats israéliens ont délibérément ouvert le feu sur un convoi
de véhicules diplomatiques britanniques ayant à leur bord les parents du
jeune pacifiste Tom Hurndall, en état de mort clinique après avoir lui-même
été abattu par l¹armée d¹occupation dans la bande de Gaza, le mois dernier,
rapporte mardi le quotidien The Independent.
Anthony et Jocelyn Hurndall voyagaient à bord de l¹une des deux Range Rovers
blindées de l¹ambassade britannique en Israël, en direction de la ville de
Rafah (bande de Gaza) lorsqu¹à un check-point, des soldats israéliens ont
fait feu, les balles tirées passant très légèrement au-dessus des véhicules,
ajoute le journal. L¹incident s¹est produit au cours de la journée de
samedi, précise The Independent, qui tient ses sources du ministère
britannique des Affaires étrangères, à Londres.
L¹armée israélienne avait pourtant été avertie, à trois reprises, par les
autorités diplomatiques britanniques, du déplacement, y compris quelques
minutes seulement avant l¹arrivée au check-point, poursuit le journal.
L¹incident amena l¹attaché de défense de l¹ambassade britannique, le colonel
Tom Fitzalan-Howard, à sortir de son véhicule les bras levés. Et le convoi
ne fut autorisé à passer que quelques minutes plus tard.
L¹armée israélienne a privilégié ses attaques contre le sud de la bande de
Gaza depuis plusieurs mois, notamment la ville de Rafah. Des dizaines de
Palestiniens y ont été tués, ainsi que plusieurs étrangers : la pacifiste
américaine Rachel Corrie, puis Tom Hurndall, et le journaliste britannique
James Miller, dans la nuit de vendredi à samedi. Tom Hurndall, âgé de 21
ans, militait avec les pacifistes de l¹International Solidarity Movement
(ISM) : il a été assassiné par un sniper de l¹armée israélienne, alors qu¹il
essayait de mettre à couvert deux enfants palestiniens, pendant que l¹armée
israélienne mitraillait le secteur.
Tom Hurndall est depuis le mois dernier dans le coma, dans un hôpital
israélien. Ses parents, qui exercent la profession d¹avocat et
d¹institutrice respectivement, voudraient recueillir 20.000 Livres (30.000
euros environ) de dons, pour financer le rapatriement sanitaire de leur
enfant.
---------------------
LUNDI 5 MAI 2003 (Journal Le monde du 05-05-03)

L'armée d'occupation israélienne a investi 2 cliniques et centres de
formation de l'UPMRC à Naplouse et Ramallah. Ils ont causé de gros
dégâts aux bâtiments, détruit les ordinateurs et le mobilier, brisé les
portes et volé l'équipement.
Au cours de l'attaque, l'armée d'occupation israélienne a arrêté le
docteur Mohammad Skafi, 43 ans, responsable des services d'urgence et de
première urgence à l'UPMRC.
Le docteur Skafi souffre de diabète.
Ils ont aussi arrêté Mr Nassif Al Dik, coordinateur des projets  des
centres communautaires de santé et deux volontaires du Medical Relief,
Shadi Abu Bakr et Ahmed Badwan. Tous ont été arrêtés chez eux.
L'UPMRC condamne fermement cette attaque qui est une violation de la loi
internationale et la Quatrième Convention de Genève,
Les personnes arrêtées sont engagées dans des actions non violentes et
pacifiques, apportant de l'aide médicale aux malades et à la population
civile.
Les services qu'ils procurent sont absolument nécessaires.
Cette attaque est un signe dangereux que l'armée d'occupation
israélienne s'attaque aux services humanitaires, ce qui est une grave
violation de le Loi Internationale.
Nous en appelons à toutes les organisations humanitaires, des droits de
l'homme et de santé pour qu'elles fassent pression sur l'armée et le
gouvernement israéliens pour qu'ils relâchent les prisonniers afin
qu'ils puissent de reprendre leur travail humanitaire, qui est
essentiel.
Il faut aussi exiger que l'équipement médical soit rendu à l'UPMRC.

PROTESTEZ AUPRES DE
- Ariel Sharon, Prime Minister Office of the Prime Minister
3 Kaplan Street, PO box 187
Jérusalem 91919
Fax 00972 2 6705475. e-mail : rohm@pmo.gov.il
- Elyakhim Rubinstein
Attorney général/ legal adviser to the government
Ministry of Justice
9 Salah al Din Street
Jerusalem 91010
Fax : 00 972 2 628 5438
- Shaul Mofaz
Minister of defence
Kaplan stress
Hakirya   Tel-Aviv 61909
Tel : 00972 3 5692010  fax : 00972 3 6916940
Pour plus d'informations : UPMRC 00972 2 298 8334 ou 00972 59 254
218
-----------------------
GUSH SHALOM - pob 3322, Tel-Aviv 61033 - http://www.gush-shalom.org/
[We thought you shouldn't miss this "extra edition" of the Avnery sequence]
Uri Avnery
26.4.03
Don't Envy Abu-Mazen
     My first impression of Abu-Mazen was of a serious, methodical, somewhat
aloof introvert. He reminded me of a high-school principal, very different
from Arafat, the impulsive extrovert, prone to personal gestures, exuding
warmth to all around him.
     I met Abu-Mazen for the first time some 28 years ago. We were secretly
in Tunis to meet Yasser Arafat. There were three of us: Matti Peled, a
general in the reserves, Ya'acov Arnon, a former Director General of
the Treasury and I. We met Abu-Mazen first to prepare practical proposals
for joint actions, to be put before the "Old Man", as Arafat - then 54 - was
called.
     I had first heard mention of the name Abu-Mazen nine years earlier,
with my first secret contacts with senior PLO officials. They told me that
the Fatah leadership had appointed a committee of three for contacts with
Israelis. They were the "three Abus" (as I called them): Abu-Amar (Yasser
Arafat), Abu-Iyad (Salah Halaf) and Abu-Mazen (Mahmud Abbas).
     Abu-Mazen was directly responsible for the contacts that started in
1974. At the first stage, they were conducted with me personally, but, from
the autumn of 1976 on, the Israeli partner was the "Israeli Council for
Israeli-Palestinian Peace". The Palestinians who met us were Sa'id Hamami
and Issam Sartawi - who were both murdered by the Iraqi-supported
Palestinian arch-terrorist, Abu-Nidal, a mortal enemy of Arafat.
     When Arafat and Abu-Mazen were both present at meetings with us, I got
a clear picture of their mutual standing. The detailed discussions were
conducted by Abu-Mazen, who had a good knowledge of things Israeli, but it
was Arafat who, in the end, made the decisions. More than once I had the
impression that the senior PLO leaders were quite content to leave to
Arafat the responsibility for the courageous, dangerous and unpopular
decisions that led up to the agreement with Israel.
     Now there is a new situation. Arafat has agreed to appoint Abu-Mazen
Prime Minister. (The very fact that the whole world, and Israel too, have
welcomed the Palestinian "government" and "Prime Minister" is a big step
towards the establishment of the State of Palestine. In Oslo Israel still
strenuously resisted terms like "President", "government" and "parliament"
for the Palestinians.)
     Abu-Mazen has taken upon himself a great responsibility vis-a-vis his
own people and the world. He has put himself in a well-nigh impossible
position.
     Sharon & Co. demand that he first of all put an end to "terrorism"
("armed struggle" in Palestinian parlance), liquidate the "terrorist
organizations" collect their arms and prevent "incitement". Only after the
successful completion of all this can real negotiations begin. Freezing the
construction of settlements, of course, should not even be mentioned at this
stage. 
     The Palestinian public, on the other hand, demands that first of all
the Israeli army should leave the Palestinian towns, stopping "targeted
assassinations", settlement activity, the demolition of homes and all other
acts of oppression, and start real negotiations for the establishment of the
State of Palestine.
     This threatens to become a deadlock.
     If the US and Europe exert massive pressure on Sharon, the way they
have put massive pressure on Arafat, the deadlock might be broken. The
Israeli army would withdraw, the situation in the Palestinian territories
would change completely, the Palestinians would be able to breathe again and
Abu-Mazen would appear as a leader who had already attained a great
achievement. The popularity of the extreme organizations would decline.
     Even if this happened, Abu-Mazen could not dream of making mass
arrests, destroying the organizations and confiscating their weapons. There
is nothing the Palestinians fear more than fratricidal war. However, the
pressure of Palestinian public opinion would lead, at least, to an effective
armistice. Even the extreme organizations are sensitive to the attitudes of
their public - if it wants quiet, there will be quiet. That has
already happened in the first period after the Oslo agreement.
     Let's assume that this happens. The attacks stop almost completely
(there will always be some individuals and local groups who feel they have
to act on their own). The Abu-Mazen government functions well in the
Palestinian towns and villages. Then what?
     After the publication of the Road Map, Sharon will propose dozens of
"corrections". Even now the "map" is strongly tilted towards Sharon. While
the Palestinians gave up 78% of the country in Oslo and accepted the
remaining 22% for building their own state, and have declared that they want
to live in peaceful co-existence with Israel, Sharon talks  about "painful
concessions" without spelling out what he really means.
     If Sharon's "corrections" are even partly accepted, the plan will lose
most of what content it still has. Abu-Mazen will stand there with empty
hands, the negotiations will stagnate as in previous rounds.  Gradually, the
Palestinians will be forced to the conclusion that they can achieve nothing
without violence, the fighting organizations will regain the initiative and
the armed struggle will resume.
     Sharon and Bush will blame the Palestinians, of course. They will say
that Abu-Mazen "has not delivered the goods". The Palestinians, for their
part, will say that Abu-Mazen is naive, that he has fallen into an
American-Israeli trap. He will resign, Arafat's prestige will rise to new
heights.
    The next chapter can be foreseen. The Christian fundamentalists and
Zionist neo-cons, who control Washington at this time, will demand that
Sharon be given a free hand. The Palestinians will embark on the third
intifada, more extreme than the two before. Blood and fire and columns of
smoke.
     It could be different. For example: the US stops treating the Quartet
with contempt, pressure is put on Sharon, Bush is not reelected, the
negotiations bear fruit, the peace camp wins in Israel, the Palestinian
state is founded in peace.
     In the Holy Land, miracles have happened before.
     But in the meantime, don't envy Abu-Mazen.
--
A map of the separation wall:
http://www.gush-shalom.org/thewall/hebrew.html
http://www.gush-shalom.org/thewall/index.html (English)
--
Did you know (y)our protest was succesful?
BBC was brought back to the Israeli screens.
--
Our site:
http://www.gush-shalom.org/ (òáøéú)
http://www.gush-shalom.org/english/index.html (English)
with
\\photo's <file://\\photo's>  - of action or otherwise informative
\\the <file://\\the>  weekly Gush Shalom ad - in Hebrew and English
\\the <file://\\the>  columns of Uri Avnery - in Hebrew, Arab and English
\\and <file://\\and>  an archive full of interesting documents
-------------------
30 avril 2003
UNE REUNION SCANDALEUSE A PARIS

Une association extrémiste juive américaine, dont les dirigeants
nient tout droit aux Palestiniens, se propose de tenir la quinzaine
prochaine une réunion haineuse à Paris, placée qui plus est sous le signe de
la « tolérance » !
  Le Centre Simon Wiesenthal de Los Angeles propage du matin au soir l¹idée
que la France, terre de l¹Affaire Dreyfus, est le pays le plus antisémite du
monde. Il a publiquement participé l¹an dernier à la campagne de boycottage
de la France, lancée par une autre association extrémiste américaine,
l¹American Jewish Congress, comme on peut le lire sur le site spécialement
créé à cet effet, http://www.boycottfrance.com.
Même un boutefeu comme Roger Cukierman, président du Conseil Représentatif
des Institutions Juives de France (CRIF), s¹était senti obligé, pour des
raisons évidentes, de se démarquer un minimum de ses collègues américains.
Mais c¹est quand même à Paris, dans l¹enceinte de l¹UNESCO, que devrait
avoir lieu du 12 au 14 mai prochain cette conférence officiellement
intitulée « L¹éducation pour la tolérance : le cas de l¹antisémitisme
résurgent ».
Les organisateurs se targuent du soutien, entre autres, du maire de Paris
Bertrand Delanoë qui a prévu une réception en leur honneur, et du ministre
de l¹Intérieur Nicolas Sarkozy, dont la présence est annoncée à la
conférence.
De quelle « tolérance » est-il question, notamment concernant les droits du
peuple palestinien, à l¹heure où une réouverture du dossier
israélo-palestinien, par le biais de la « feuille de route » est à l¹ordre
du jour ?
La liste des intervenants parle d¹elle-même.
Natan Sharansky : Ce politicien israélien, actuellement ministre de
Jérusalem et des affaires de la diaspora dans le gouvernement Sharon, est un
adversaire acharné de la plus petite concession aux Palestiniens. Il s¹est
par exemple toujours opposé à la moindre discussion sur le statut de
Jérusalem, ou à un démantèlement, même partiel, des colonies.
Le Grand Rabbin (ashkénaze) d¹Israël, Israel Meir Lau ? Pas vraiment un
modèle d¹ouverture, lui non plus. Partisan déclaré de la colonisation, il a
aussi donné sa bénédiction à la pratique des « assassinats ciblés » de
militants palestiniens par l¹armée israélienne. Mais il condamne les Juifs
qui fêtent Noël ou le Nouvel An chrétien, les accusant de « saper les
fondements de la Nation Juive ». Quant à la question de Jérusalem, pas
question de partage des Lieux Saints : tout appartient à l¹Etat Juif.
Jeb Bush : On ne présente plus le gouverneur de la Floride, frère du
président américain. Non plus que le général américain Wesley Clarke, ancien
patron des forces de l¹OTAN.
Arno Klarsfeld, champion de la tolérance ? En attendant de revêtir
l¹uniforme de l¹armée israélienne dans les territoires palestiniens occupés,
comme il vient de l¹annoncer, cet homme s¹est fait condamner par la Justice,
en France, pour diffamation envers le mouvement anti-raciste MRAP, qu¹il
avait traité « d¹antisémite ». Mais sans rire, Arno Klarsfeld est invité à
s¹exprimer sur la « Jurisprudence » de la répression de l¹antisémitisme !
Les références des animateurs du Centre Simon Wiesenthal sont à l¹avenant.
Exploitant leur « nom de marque », celui du vrai chasseur de nazis Simon
Wiesenthal qui vient de prendre officiellement se retraite à l¹âge de 95
ans, estimant avoir accompli sa tâche, ses épigones américains poursuivent
de tous autres objectifs.
Le Rabbin Abraham Cooper, docteur en antisémitisme virtuel, parlera de « La
haine sur Internet ». Mais n¹allez pas chercher dans ses ¦uvres la
dénonciation des sites racistes se réclamant du judaïsme (comme
amisraelhai.org, qui a invité ses ouailles à lyncher les pacifistes juifs) :
vous ne la trouveriez pas.
Shimon Samuels, patron du bureau parisien du Centre Simon Wiesenthal et
coordinateur du colloque, était de ceux qui appelaient l¹an dernier au
boycottage, par les Etats-Unis, du Festival de Cannes.
Il s¹était de même permis de critiquer le ministre israélien des Affaires
étrangères, Shimon Peres, lorsque ce dernier s¹était déclaré « certain que
la France n¹est pas un pays antisémite ». « Les déclarations d¹apaisement de
Peres encouragent la négation de la réalité de la judéophobie en France, et
affaiblissent les protestations stridentes d¹organisations comme la nôtre »,
avait déploré ce pompier-pyromane, qui parle des Juifs de France comme d¹une
« communauté assiégée ».
Mais c¹est lui qui renforce, ouvertement, la mentalité de repli, en
réservant la promotion de son colloque au seul public juif, ou plus
exactement à la partie la plus communautaire de celui-ci, comme il l¹a fait
mercredi à l¹antenne de Radio J. « Il faut qu¹il y ait le plus possible de
Juifs à ce colloque populaire, l¹entrée sera gratuite », a-t-il dit, avant
de donner les informations pratiques pour se procurer les cartons
d¹invitation.
L¹une des principales activités du Centre Simon Wiesenthal de Los Angeles
est la gestion d¹un Musée de la Tolérance», consacré au génocide nazi des
Juifs, et uniquement à celui-ci Ce caractère exclusif lui vaut d¹être
critiqué par un autre lobby, arménien celui-là. La communauté arménienne
locale reproche ainsi au musée d¹être volontairement silencieux sur le
génocide des Arméniens par les Turcs (1915-1918, plus d¹un million de
morts), pour ne pas déplaire à la Turquie, partenaire d¹Israël au
Proche-Orient. Elle ajoute que le Centre Simon Wiesenthal a bénéficié
d¹importantes subventions de la part de l¹Etat de Californie, à la condition
expresse que le thème du génocide arménien soit présent dans les expositions
permanentes du musée, mais que cet engagement n¹a pas été tenu.
Cette conférence n¹a évidemment pas pour objectif de combattre
l¹antisémitisme, mais, une fois de plus, de tenter d¹empêcher toute critique
de la politique d¹Israël vis-à-vis de la Palestine, en exerçant une fois de
plus un chantage éhonté à l¹antisémitisme.
D¹ailleurs, le camp de la haine anti-palestinienne sera officiellement
représenté à la conférence, avec la présence annoncée de deux parlementaires
européens, Ilke Schröder et François Zimeray, qui animent à Bruxelles et à
Strasbourg un lobby pour mettre fin aux subventions européennes à l¹Autorité
Palestinienne.
Shimon Samuels n¹a pas caché, toujours sur Radio J, que le thème de
l¹antisémitisme était avant tout un instrument pour empêcher toute critique
de la politique d¹Israël. « L¹anti-israélisme, l¹anti-sionisme c¹est-à-dire
l¹antisémitisme, débordent désormais du seul cadre des organisations qui
soutiennent les Palestiniens. On le voit dans les Forums
anti-mondialisation, comme à Porto Alegre où j¹étais, qui sont devenus des
Forums anti-juifs ».
Alors, protestons contre cette provocation annoncée, en le faisant savoir
aux autorités concernées, en particulier :
- M. Koïchiro Matsuura, Directeur Général de l¹UNESCO, 7 Place de Fontenoy,
75352 Paris 07 SP, France ; email : bpiweb@unesco.org
- M. Nicolas Sarkozy, Ministre de l¹Intérieur, Place Beauveau, 75008 ­ Paris
; email : passer par le site du ministère, http://www.interieur.gouv.fr
- M. Bertrand Delanoë, Maire de Paris, Place de l¹Hôtel de Ville, 75004 ­
Paris ; email : passer par le site http://paris
http://www.paixjusteauproche-orient.asso.fr/adhesion.php>
---------------------------
29 avril 2003Du site: http://www.paixjusteauproche-orient.asso.fr
CANAL PLUS SE DECHAINE CONTRE LES PACIFISTES INTERNATIONAUX EN PALESTINE

 Dans son émission de dimanche 27 avril, karl zero de Canal Plus a
presenté un "reportage" sur l'action des pacifistes internationaux d'ISM
(International Solidarity Movement) réalisé dans les territoires
palestiniens occupés et en Israël par Arnaud Muller, dont on retient
essentiellement que des adolescents inconscients et "idéalistes" sont
vraisemblablement manipulés par les combattants palestiniens.
Après s'être plainte d'avoir été bloquée pendant des heures à l'aéroport de
Tel Aviv, l'équipe de Canal Plus a finalement été autorisée à entrer et à
tourner...une décision dont les autorités israéliennes ont tout lieu de se
féliciter.
En effet, Arnaud Müller, qui a pris la peine d'interroger un conseiller
d'Ariel Sharon sur le sujet, nous présente Tom Hurndall, jeune britannique
plongé dans un coma profond par l'armée israélienne, comme un "adolescent
idéaliste" "qui s'ennuie" et choisit de "d'aller devant les bulldozers", et
qui selon le communiqué israélien a été "victime d'une balle perdue".
Seule définition de l'ISM : "un mouvement qui les envoie dans des endroits
très dangereux ", "dans des zones tampons mises en place par l'armée
israélienne pour éviter les attentats kamikazes.
Et par leur « jeu dangereux pour les pacifistes et pour les soldats
israéliens, parfois obligés de descendre de leurs chars pour les déloger",
ils empêchent le travail de l'armée.
"Pour Israël, c'est un cauchemar; c'est très difficile à gérer", commente le
journaliste.
Dans la même veine, la seule chose qu'il trouve à dire en évoquant Rachel
Corrie c'est qu'"elle est passée sous un bulldozer". ( !)
De Gaza, il ne nous livre qu'une seule information : "c'est l'un des QG du
Hamas et du Jihad islamique".
Et après avoir montré deux jeunes pacifistes qui déclarent avoir " choisi de
défendre les maisons des Palestiniens comme si c'était les leurs", tout ce
qu'il trouve à leur demander c'est : "Mais vous savez que c'est dangereux ?"
Non content d¹avoir passé sous silence l¹occupation, les vraies raisons de
la présence militaire israélienne sur les terres palestiniennes, les crimes
de guerre et les châtiments collectifs, il conclut en jetant le discrédit
sur leur action, en se demandant s'ils n'ont pas été "instrumentalisés" par
les combattants palestiniens, comme le lui a expliqué le conseiller d'Ariel
Sharon avec lequel il se promène, et qui n'hésite pas à affirmer que ces
pacifistes sont "manipulés" par les Palestiniens armés qui s¹en servent pour
pouvoir avancer en sécurité derrière eux et qui se réjouissent du scandale
s¹ils viennent à être tués ou blessés.
Très "objectif", Arnaud Muller conclut : "Est-ce qu'ils sont manipulés ? Je
n'ai pas la réponse ».
On avait déjà eu droit aux enfants envoyes à la mort par leurs parents, on a
désormais les internationaux manipules pour être utilises comme boucliers.
Tout ceci est très grave et nous devons le faire remarquer de manière très
officielle aux responsables de la chaîne et de l¹émission :
Canal plus 85-89, Quai Andre Citroën
75711 Paris Cedex 15
01 44 25 10 00
Karl Zero et sa société qui produit le Vrai Journal :La societe du Spectacle (Karl Zero et Endemol France)
9 rue de l¹Annonciation
75016 Paris
01 53 92 89 89
Et l¹agence Kapa qui a réalisé le reportage : 01 40 45 47 00
M. Arnaud Muller
01 40 44 48 8
L¹émission repasse sur Canal + aux heures suivantes :
- Jeudi 1er mai, sur Canal + Vert, à 05h10
- Vendredi 2 mai, sur Canal + Bleu, à 08h55
---------------------------
23 April 2003
The Men who are selling Palestine By Ali Abunimah
The Electronic Intifada http://electronicintifada.net/v2/article1390.shtml

> David Hirst, the veteran correspondent for The Guardian, reported in
> 1996 on fears in Yasser Arafat's entourage that the Israelis would
> turn the Palestinian security forces against the Palestinian leader.
> According to Hirst, a Palestinian official said that the Israelis
> had so "penetrated" the security forces "that some of its leaders
> now depend on them at least as much as they do on Arafat. The time
> is coming when the Israelis decide that Arafat - who argues too much
> - has served his purpose." The official told Hirst that, "the
> Israelis are grooming Abu Mazen [Mahmoud Abbas], one of the secret
> negotiators of the Oslo accord, to take Mr. Arafat's place, and that
> they will count on Muhammad Dahlan, head of Preventative Security in
> Gaza, to lead the putsch."
> Seven years ago such fears and infighting could be dismissed as so
> much paranoia. And yet, as I write this, Arafat clings desperately
> to the rubble of his bombed-out headquarters, the Israelis having
> declared him "irrelevant," while the US- and Israeli-chosen
> Palestinian 'prime minister' Mahmoud Abbas is locked in a dispute
> with Arafat over the formation of a cabinet. The key sticking point
> is Abbas' insistence that Dahlan be placed in charge of security.
> Arafat's paranoia appears in this case to have been justified. Even
> the most level-headed observer is tempted to see in this a
> conspiracy.
> Abbas and Dahlan have been enjoying a positive press in the United
> States recently. The Los Angeles Times noted that Abbas' supporters
> hope he "will help Arafat's Fatah party break loose from a
> corruption-plagued past." As for Dahlan, a New York Times editorial
> called him the "tough Gazan," who "has pressed Mr. Arafat to crack down
> on Hamas and other militant groups," and noted that "he has often
> dealt with Israeli and American officials, who hold him in high
> respect."
> This gentle treatment coincides with the fact that chief among the
> supporters are Tony Blair, and George W. Bush, who declared himself
> "pleased" at Abbas' appointment. It is impossible to find any
> mention of the fact that Abbas and Dahlan are steeped in the
> corruption that plagued the Palestinian Authority from its
> inception. In an earlier column, I recalled Abbas' $1.5 million
> villa built amidst the squalor of Gaza. Dahlan too, built himself a
> villa, one so lavish that it began to sink into Gaza's sandy soil,
> and had to be propped up with special supports.
> A 1997 investigative report by Ha'aretz journalists Ronen Bergman
> and David Ratner ("The Man who swallowed Gaza," April 4, 1997),
> detailed the sources of some this wealth. Dahlan, according to this
> report and numerous others, profited from a monopoly on the import
> of gasoline into Gaza. Palestinian gas station owners were forced to
> buy product at inflated prices and Dahlan's Preventive Security
> Service spent much of its time protecting Israeli tankers.
> More serious perhaps -- and equally forgotten -- is that Dahlan's
> security services were the target of numerous allegations from
> Palestinian and international human rights organizations of serious
> abuses including torture.
> The extent of Palestinian Authority corruption, in which Abbas and
> Dahlan are marinated, was known from the first days. However, in the
> 'good old days' of Rabin, Peres, Clinton and 'Special Middle East
> Coordinator' Dennis Ross, the only people who spoke about it
> vociferously and consistently were Palestinians themselves, and,
> ironically right-wing Israeli opponents of the Oslo accords who
> seized on any information to discredit their enemies. Ross, when
> asked last year by the Jerusalem Post's Caroline Glick why the
> Clinton administration never showed much concern about this
> corruption, responded, "Well, it wasn't as if the Israelis were
> particularly concerned about the problem." Ross was of course
> concerned only with Israel's priorities, and those were summed up by
> Rabin's hope that Arafat would fight "terrorism" without
> interference from Israel's "Supreme Court and the human rights group
> B'Tselem." The fact that Palestinian legislators and activists were
> going to jail or worse merely for speaking of the corruption never
> spurred the United States to act.
> The tolerance of corruption extended also to the role of Israelis.
> Last year, Israel's Ma'ariv newspaper sparked a furor when it
> revealed the extent of the business and financial relationship
> between Arafat and his cronies, and Yossi Ginossar, the former head
> of interrogations for Israel's Shin Bet. Ginossar is accused among
> other things, of managing secret Swiss bank accounts for Arafat.
> Israel's attorney general has launched a full-scale criminal
> investigation into what many Israelis view as treason. Yet the 1997
> Ha'aretz report alleged that Ginossar was already acting as a
> personal go-between for Arafat's closest associates in corrupt
> deals, and taking five percent from each side. What took the
> Israelis so long to find their outrage?
> Under the guise of "reforming" the Palestinian Authority for the
> sake of "peace," we are witnessing Rabin's formula being resurrected
> with only the names changed. The vague promises of the Oslo accords
> have been replaced with the vague promises of the "Road Map." Abbas
> is being promoted not because he represents the future for the
> Palestinians, but precisely because he represents a past in which
> private profit and privilege were secretly traded for fundamental
> rights and interests of the Palestinian people.
>
> This article first appeared in The Daily Star on 23 April 2003.
-------------------
Uri Avnery :
À minuit, on frappe à la porte
Le texte anglais de cet article, At Midnight, a Knock on the Door,
peut être consulté sur le site de Gush Shalom :
http://www.gush-shalom.org/
-------------
23 avril 2003
Abou contre Abou par Uri Avnery

Le clash entre Abou 1 et Abou 2 - Abou Amar et Abou Mazen - n'est pas une
question de personnes, comme le prétendent les journalistes en Israël et
dans le monde entier. Certes, les egos des deux personnalités jouent un
rôle, comme dans tous les combats politiques. Mais la controverse elle-même
est beaucoup plus profonde. Elle reflète la situation exceptionnelle du
peuple palestinien.
Un Palestinien de la haute société la définissait cette semaine à la
télévision israélienne comme " le passage de la culture de la révolution à
la culture d'un Etat ", ce qui signifie : la guerre de libération
palestinienne est arrivée à sa fin et maintenant le temps est venu de mettre
en ordre les affaires de l'Etat. Par conséquent, Yasser Arafat (Abou Amar),
qui représente la première, doit s'en aller et Mahmoud Abbas (Abou Mazen),
qui représente la seconde, doit prendre la relève.
Aucune présentation ne pourrait être plus éloignée de la réalité. La guerre
de libération palestinienne est aujourd'hui à son apogée. Peut-être
n'a-t-elle jamais été à un point aussi critique. Les Palestiniens sont
confrontés à des menaces existentielles : la purification ethnique (appelée
" transfert " en Israël) ou l'enfermement dans des enclaves sans pouvoir
style bantoustan.
Comment cette illusion - que la lutte nationale est terminée et que l'heure
est venue de s'attaquer aux questions administratives - est-elle née ?
La situation du peuple palestinien est vraiment unique. Pour autant que je
sache, elle est sans équivalent dans l'histoire. A la suite des accords
d'Oslo, une sorte de mini-Etat palestinien a vu le jour, composé de quelques
petites enclaves en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza. Ces enclaves
doivent être administrées. Mais l'objectif national palestinien - un Etat
viable, indépendant, dans toute la Cisjordanie et la Bande de Gaza, y
compris Jérusalem-Est - est loin d'être atteint. Pour y parvenir, une lutte
nationale ardue doit toujours être menée.
    Ainsi deux structures différentes - et contradictoires - existent
simultanément : un mouvement de libération nationale requérant une direction
forte et autoritaire, et un mini-Etat qui nécessite une administration
régulière, démocratique et transparente.
    Arafat représente la première. Il est beaucoup plus qu'un " symbole "
comme
on le dit souvent. C'est un leader ayant une autorité morale sans égale sur
son propre peuple et une vaste expérience dans les affaires internationales.
Il a dégagé le mouvement national palestinien de la dépendance des intérêts
arabes et internationaux et l'a conduit d'un état de quasi-oubli jusqu'au
seuil de l'indépendance.
    Abou Mazen et ses collègues représentent la seconde réalité. Ils n'ont
pas
de bases solides au sein leur propre peuple, mais des liens avec des
partenaires puissants, surtout les Etats-Unis et Israël, avec tout ce que
cela implique.
    Le débat entre les deux se focalise sur l'évaluation de l'Intifada.
Pendant
deux ans et demi, le peuple palestinien a subi d'immenses pertes : environ
2.500 tués, 10.000 handicapés et blessés, toute une couche de jeunes
dirigeants éliminés, l'économie détruite, des atteintes immenses à la
propriété. Cela en valait-il la peine ? Cela peut-il continuer ?
    Abou Mazen et ceux qui le soutiennent disent non. Ils croient que tout
ce
combat était une erreur. Avant même l'actuel débat, Abou Mazen a prôné la
cessation de l'" Intifada armée ". Il croit que les Palestiniens peuvent
obtenir plus dans des négociations avec les Etats-Unis et dans un processus
politique avec Israël. Il s'appuie sur le principal mouvement israélien de
la paix et des personnalités comme l'ancien ministre du Travail, Yossi
Beilin. A son avis, la violence sape le processus politique et nuit au
peuple palestinien.
    Les opposants d'Abou Mazen contestent cette position. A leur avis, non
seulement l'Intifada n'a pas échoué, mais au contraire elle a eu
d'importants résultats : l'économie israélienne est dans une crise profonde,
les tensions dans la société israélienne sont au plus haut, l'image d'Israël
dans le monde a sombré, passant de l'image d'une démocratie en état de
défense à celle d'un occupant agressif. L'insécurité a empiré à tel point
qu'il y a des gardes armés partout. Les pertes humaines leur semblent le
prix à payer. Si la guerre d'usure se poursuit, croient-ils, Israël sera
finalement obligé d'accéder aux demandes minimales des Palestiniens (un Etat
dans les frontières de la Ligne Verte, Jérusalem comme capitale commune, le
démantèlement des colonies et une solution négociée du problème des
réfugiés).
    De plus, les opposants d'Abou Mazen estiment que ses hypothèses de
départ
sont erronées. Les Etats-Unis ne feront jamais pression sur Israël, dont les
agents contrôlent Washington. Israël ne concèdera jamais quoi que ce soit
sans y être forcé. Sharon continuera à construire des colonies, à créer des
faits accomplis sur le terrain et à tirer la terre sous les pieds des
Palestiniens tout en prétendant mener des négociations.
    La position d'Abou Mazen aurait peut-être été plus solide si les
Etats-Unis
et Israël n'avaient pas essayé de façon aussi évidente de l'imposer au
peuple palestinien. Les exemples du pauvre Karzai en Afghanistan et du
pitoyable groupe d'immigrés que les Américains ont amenés en Irak n'aident
certainement pas Abou Mazen, bien qu'il ait été l'un des fondateurs du
Fatah.
    Un grand nombre de médiateurs ont essayé de trouver un compromis. Ils
disent, en fait, qu'il y a une division idéale des tâches. Arafat continuera
à diriger la lutte de libération, Abou Mazen administrera les enclaves
palestiniennes.
    Toutefois, cela soulève de nombreux problèmes pratiques : par exemple,
d'où
viendra l'argent pour la lutte de libération ? Quid des organisations armées
? Et qui contrôlera les forces de sécurité ? Qui exercera l'autorité suprême
: le peuple palestinien dans son ensemble, y compris la diaspora (Arafat en
tant que président de l'OLP) ou l'administration des enclaves (Abou Mazen) ?
    Et, par-dessus tout : Abou Mazen serait-il prêt à prendre le risque
d'une
guerre fratricide ? Les Etats-Unis et Israël demandent qu'il liquide les
organisations armées et confisque leurs armes avant même que les
Palestiniens aient vu se concrétiser la première ébauche de leur propre
Etat. Il s'ensuivra une lutte intestine sanglante qui comblera de joie le
gouvernement Sharon et renforcera encore sa position. Aussi l'unité
nationale ne devrait-elle pas être maintenue, au moins jusqu'à ce qu'Israël
cesse toute activité de colonisation et accepte un Etat palestinien dans
tous les territoires occupés ?
    Ce débat dépasse de beaucoup la lutte personnelle entre Abou et Abou,
ego
contre ego. Pour le peuple palestinien, c'est un débat sur des questions
existentielles - exactement comme les débats de même ordre dans la
communauté juive en Palestine, qui n'ont pris fin qu'avec la fondation de
l'Etat d'Israël.
  
----------------------------------------
19 avril 2003

Ce fut une nouvelle presque incroyable: pour réduire le budget national, le
ministre de l'Éducation a décidé de licencier des centaines d'enseignants.
La tâche de transmettre les mauvaises nouvelles aux enseignants concernés a
été confiée à une société privée. Deux jours avant la Pâque - une des dates
clés du calendrier juif, aussi bien pour les Juifs religieux que pour les
laïcs, quand les familles s'assoient autour d'une table pour la joyeuse
cérémonie de Seder - les employés de la société se sont dispersés pour faire
leur travail. Ils ont frappé aux portes à minuit et délivré les
notifications.
Même les Israéliens, qui ne se sentent plus concernés par grand-chose, ont
été choqués pendant un temps. Comment un tel fait a-t-il pu se produire? Ne
pouvait-on attendre après les fêtes? Quelle brutalité!
Pour moi, c'était beaucoup plus qu'une faute d'un organisme gouvernemental.
C'est un acte symbolique qui reflète tout ce qui va mal en Israël
aujourd'hui.
Tout d'abord, la cruauté. Ce n'était pas délibéré, bien sûr. Le ministre de
l'Éducation n'a pas dit à l'entreprise privée: «Faites-leur parvenir leur
notification de la manière la plus pénible possible.» Les employés privés ne
se sont pas non plus assis autour d'une table pour décider: faisons-le juste
avant Pâque et frappons à leur porte au milieu de la nuit, comme l'auraient
fait la police secrète de Staline ou nos soldats camouflés à Naplouse.
Non, personne n'a décidé. Personne n'y a pensé. Et c'est justement ce qui
est choquant: l'insensibilité totale.
Il y a seulement trois ou quatre ans, cela n'aurait pas été possible.
Quelqu'un serait intervenu à temps et aurait crié: «Que faites-vous?
Êtes-vous fous?»
Les Juifs se sont toujours définis comme «les fils compatissants parmi les
compatissants». Ils croyaient que la compassion était une invention juive et
citaient les textes anciens (comme l'injonction du Sabbah dans les dix
commandements, ordonnant aux Juifs de donner congé à leurs esclaves et
laisser sortir leurs animaux domestiques tous les sept jours). Nietzsche,
qui avait la pitié en horreur, accusait le judaïsme de créer une morale de
la pitié.
La nouvelle société hébraïque, qui a été créée dans ce pays, a toujours été
fière de sa «responsabilité mutuelle», du fait que personne ne souffre de la
faim dans notre société, que les handicapés, les malades, les vieux et les
chômeurs soient protégés par l'ensemble de la société. Un jour, quand on m'a
demandé ce qu'être juif signifiait pour moi dans mon enfance, j'ai cité la
compassion, avec la recherche de la justice, la haine de la violence, le
désir de paix et l'amour de l'étude.
Ce n'est plus le cas. Après deux années d'Intifada Al-Aqsa, les sentiments
de la société israélienne se sont presque complètement émoussés. Les
horribles choses qui se passent quotidiennement dans les Territoires occupés
ne sont même pas mentionnées. Les «bouclages» et les couvre-feu qui durent
des mois, la faim et la soif, les gens malades mourant par manque de soins,
la démolition de maisons et le déracinement de vergers, ne sont que des
détails, de la routine. Hommes, femmes et enfants tués par des snipers dans
leurs maisons et dans les rues? Qui s'en soucie? Une jeune Américaine
écrasée par un bulldozer géant en essayant d'empêcher la démolition d'une
maison palestinienne? Et alors? Elle le méritait après tout! Un garçon
palestinien lançant des pierres tué par le tir d'un tank? Trois lignes dans
le journal. Et peut-être même pas.
L'insensibilité s'est répandue des Territoires occupés jusqu'en Israël même.
Des photos dans le journal montrent des gens fouillant dans les poubelles.
Bien, c'est ainsi. Le gouvernement envoie des gens affamés chercher des
repas gratuits dans des organisations charitables? Qui y fait attention?
Le nouveau ministre des Finances, Benyamin Netanyahou, un homme qui reçoit
50.000 $ pour une simple conférence aux États-Unis, a proposé un plan
économique qui lèse les plus pauvres. Celui-ci réduit les allocations
mensuelles des personnes âgées (à moins de 300 $), les allocations
familiales, les allocations de chômage, les subventions aux établissements
d'enfants handicapés et de personnes âgées, ainsi que les budgets pour
l'éducation et la santé.
Les gens se révoltent-ils? Les étudiants descendent-ils en masse dans la
rue? Les médias explosent-ils de colère? À la Knesset, l'opposition (à
supposer qu'il y en ait une) remue-t-elle ciel et terre? Pas du tout. La
Fédération des syndicats (Histadrout), représentant les syndicats de
travailleurs les plus riches et les plus forts, menace d'une grève générale.
Quoi de plus? De temps en temps, un homme politique publie une déclaration
en espérant avoir droit aux gros titres. De temps en temps une poignée de
personnes protestent. De temps en temps un chroniqueur écrit un article
indigné. Voilà tout. Ainsi les pauvres seront un peu plus pauvres et les
riches un peu plus riches. La belle affaire!
Quand on interroge Netanyahou lui-même sur son plan, il s'en tient à la
ligne israélienne bien établie: on n'a pas le choix. L'économie israélienne
s'effondre. Tout ceci est la faute d'Arafat. L'Intifada a détruit notre
économie.
Et cela est quelque chose d'entièrement nouveau avec des implications à long
terme.
Une explication est nécessaire: pendant plus de cinq décennies, la société
israélienne a vécu dans la douce illusion qu'il n'y a aucun lien entre notre
politique envers les Arabes et notre situation économique. C'est la pierre
angulaire de notre conscience nationale.
Au cours de mes dix années de Knesset, j'ai prononcé au moins une centaine
de discours sur ce sujet. Dans les débats économiques, je mettais l'accent
sur la politique sécuritaire et l'occupation. Dans les débats sur la
politique sécuritaire, je soulevais des questions sur son coût.
Chacun de ces discours suscitait une réaction furieuse et exaspérée de tous
les rangs du Parlement. Dans les débats sur la sécurité, ils me criaient:
«Qu'est-ce que cela a à voir avec l'économie? Nous sommes en train de parler
de terrorisme!» Dans les débats économiques, ils criaient: «Nous discutons
de l'économie. Pourquoi ramenez-vous vos Palestiniens?» Une seule fois au
cours de toutes ces années, un ministre adjoint des Finances m'a pris à part
dans les couloirs et m'a dit: «Vous êtes le seul qui soit logique.» (N'étant
pas économiste, j'ai été flatté.)

Cette ignorance du prix de la guerre et de l'occupation a eu des résultats
curieux: les gens les plus pauvres, les chômeurs et les habitants des
agglomérations dites «villes de développement» ont toujours voté Likoud.
Dans les dernières élections ils ont voté largement pour Sharon. Ils
n'avaient que deux exigences: donner un tour de vis aux Arabes et mettre fin
à la crise économique. Ils ne voyaient pas la contradiction entre les deux.
Mais depuis quelques mois maintenant, il s'est produit un changement dans la
conscience publique. Pour contrer l'accusation que la politique économique
du gouvernement avait causéla dépression économique, les gens de Sharon ont
dû admettre que l'Intifada en était la cause principale, même si la crise
mondiale y ajoutait quelque chose. L'Intifada a porté un coup terrible au
tourisme, un des secteurs les plus importants de notre économie. Les
investissements étrangers, qui sont essentiels à la croissance économique,
ont pratiquement cessé. L'énorme armée nécessaire pour combattre l'Intifada,
ajoutée aux dépenses pour les colons, dévore une énorme proportion de notre
PNB (beaucoup plus importante, per capita, qu'aux États-Unis).
Certains croient que si la dépression s'aggrave, les «couches faibles»
(comme on appelle les pauvres en Israël) vont un jour s'insurger contre le
gouvernement Sharon, les masses vont descendre dans les rues et le
renverser. Cela peut paraître trop optimiste. Mais au moins on peut rêver à
la nuit où, à minuit, les gens frapperont à la porte du gouvernement et lui
tendront un ordre de démissionner.

[ Traduit de l'anglais - RM/SW ]
---------
Jeudi 10 avril 2003  

Les territoires palestiniens occupés sont un véritable laboratoire de techniques de guerre, guerre d'occupation, guerre des banlieues de l'Empire etc...
C'est ainsi que la population de Tulkarem a par fait l'objet d'un véritable test de "transfert".


JERUSALEM (AP) -
Alors que le Pentagone et Tsahal se refusent à tout commentaire officiel,
on reconnaît de source proche des forces de sécurité israéliennes que
l'armée américaine a demandé et obtenu des informations sur les techniques
de contre-guérilla employées par Israël dans les zones urbaines
palestiniennes, dont des enregistrements vidéo d'incursions.
Jusqu'à début mars, précisait-on, des militaires israéliens ont donc donné
des cours sur leurs méthodes opérationnelles, notamment sur la technique de
progression de maison en maison en faisant sauter les murs. Un responsable
militaire américain ayant requis l'anonymat a confirmé que le Pentagone
avait demandé des conseils en matière de combat urbain auprès de l'Etat
hébreu.
Le colonel à la retraite Randy Gangle, aujourd'hui membre du Warfighting Lab
du corps des Marines à Quantico (Virginie), a confirmé que des militaires
israéliens avaient effectivement donné des conseils utiles. "Etant donné
l'expérience israélienne en matière d'Intifada, nous avons apprécié leur
contribution", a-t-il dit.
Des médias israéliens et américains avaient annoncé en novembre dernier que
des instructeurs israéliens avaient entraîné des militaires américains dans
une réplique de casbah arabe. Si on confirmait côté israélien l'existence de
telles répliques dans au moins deux bases, Randy Gangle affirme qu'il n'y a
pas eu d'entraînement spécifique. Mais un militaire israélien ayant requis
l'anonymat a précisé que des officiers américains avaient visité l'une de
ces installations en Israël et reçu un briefing sur les techniques
d'entraînement israéliennes.
-----------
 D'autre part, les Américains ont pris des leçons de combat urbain auprès d'Israël : JERUSALEM (AP) 

     Anticipant une probable guérilla urbaine en Irak, l'armée américaine
n'a pas hésité ces derniers mois à faire appel à des experts militaires et
civils en Israël pour tirer les leçons des méthodes de combat de Tsahal dans
les zones densément peuplées de la  Cisjordanie et de la Bande de Gaza. Et
de leur côté, des militants palestiniens ont confié avoir donné des "tuyaux"
à des connaissances en Irak.
         Bien que le contexte politique soit différent, les similitudes sur
le terrain sont nombreuses. Il s'agit de combats de rue menés dans des zones
densément peuplées sous l'oeil des médias. Or, l'opinion publique est
déterminante: une victoire militaire peut rapidement se transformer en
défaite politique si elle s'accompagne d'un grand nombre de victimes
civiles.
         Martin Van Creveld, professeur d'histoire et de stratégie
militaire à l'Université hébraïque de Jérusalem, a reconnu avoir conseillé
des Marines à Camp Lejeune (Caroline du Nord) en septembre dernier. Il a dit
avoir été pressé de questions sur le siège du camp de réfugiés de Djénine en
avril 2002 au cours duquel environ 150 militants palestiniens avaient tenu
tête à Tsahal pendant 11 jours. Les combats maison par maison avaient fait
52 morts côté palestinien et 23 côté israélien.
         Les ruelles étroites du camp avaient empêché toute progression
aisée des blindés.L'infanterie soutenue par des hélicoptères de combat avait
dû progresser en passant de maison en maison à l'explosif pour éviter d'être
exposée dans les rues. A l'époque, on avait accusé Israël d'avoir recouru à
un usage excessif de la force en rasant pratiquement le centre du camp. Mais
Tsahal avait affirmé avoir tout fait pour épargner les civils, notamment en
évitant des bombardements massifs, et que cette décision avait
coûté la vie à de nombreux soldats.
         Martin Van Creveld a confié avoir dit à ses hôtes que les outils
les plus efficaces à Djénine avaient été les hélicoptères de combat Apache
et les énormes bulldozers D9. Ces mastodontes avaient défoncé des maisons
pour créer des voies de passage pour les blindés. Si les D9 sont d'usage
civil aux Etats-Unis, l'armée américaine a en tout cas acquis neuf versions
blindées auprès d'Israël, selon M. Van Creveld.
         Mais ce dernier a ajouté qu'il avait déconseillé de recourir aux
hélicoptères en cas de guérilla urbaine à Bagdad, où ils rencontreront une
opposition bien plus forte que celle offerte par des Palestiniens légèrement
armés. "A Bagdad, il y a un vrai ennemi", dit-il.
         Et ce dernier se renseigne, l'information circulant aussi dans
l'autre sens. Des habitants de Djénine, dont certains ont étudié en
Irak, ont ainsi donné des tuyaux à des amis irakiens. "Il y a eu des
coups de fil entre des amis sur ce qui s'est passé dans le camp et sur la
façon dont les gens ont résisté à l'incursion", a ainsi
affirmé Atta Abou Irmeïleh, un cadre local du Fatah.

-------------------------
Samedi 12 avril 2003

Aprés la mort de Rachel Corrie - qui a suscité bien peu de réactions
internationales -, aprés avoir tiré en plein visage sur un militant
américain (d'aprés Starhawk il est vivant mais complètement défiguré),
Tsahal a tiré, vendredi, sur un militant anglais, déclaré en état de "mort
cérébrale".
Israël veut visiblement faire passer le message que quiconque veut
participer aux missions de protection internationales doit se préparer à
faire le sacrifice de sa vie :

GUSH SHALOM - pob 3322, Tel-Aviv 61033 - http://www.gush-shalom.org/

After coming home from a good demonstration in support of the increasing
number of refusers of military service in Israel, we found the terrible news
on the Ha'aretz site.
Another ISM activist shot at and in extreme condition. Tom Hurdell from the
UK is in the Jarusi hospital in Khan Younes. As soon as we know more we will
pass on to you the information.

Ha'aretz: British peace activist shot by IDF troops in Gaza Strip

  Israel Defense Forces troops shot a British peace activist working with
the International Solidarity Movement on Friday, witnesses said. Doctors
said the Briton was brain dead. The activist was standing in between IDF
troops and a group of Palestinian children when soldiers opened fire, said
Khalil Abdullah who works with the Palestinian-backed peace group. "A group
of ISM people were trying to set up a small protest tent alongside a road
used by the army. The soldiers opened fire," said Abdullah, who witnessed
the shooting. The 24-year-old Briton was shot in the head and declared brain
dead shortly after arriving at the hospital in Rafah, where the shooting
occurred, according to Dr. Ali Musa. There was no immediate
comment from the Israeli army.
  On March 16, American activist Rachel Corrie, 23, was killed while trying
to stop an Israeli military bulldozer in the Gaza Strip. Corrie, a student
in Olympia, Washington, was the first member of the group to be killed in 30
months of fighting between Israelis and Palestinians. The group claimed the
bulldozer ran over her and then backed up.
The army denied the claim and said the operator of the armored bulldozer did
not see her.  Last week, Israeli troops in an armored personnel carrier
allegedly shot Bryan Avery, 24, from Albuquerque, New Mexico, in the face.
He had been working in the West Bank city of Jenin. The army said it was
firing at gunmen in the area and was not aware it hit Avery.   Activists in
the group work in the West Bank and Gaza as human shields, often placing
themselves between the Palestinians and the Israelis.
---------------------

14 mars 2003

ISRAEL A VENDU DES MASQUES A GAZ PERIMES A « SES » TRAVAILLEURS IMMIGRES

Un scandale a éclaté mercredi en Israël, à la suite de la révélation que les autorités avaient vendu aux travailleurs immigrés sur son territoire des masques à gaz périmés.
Le gouvernement a distribué ces dernières semaines gratuitement, mais
seulement aux personnes ayant la citoyenneté israélienne, des masques en
gaz, dans le cadre d¹une opération à visée essentiellement de
conditionnement psychologique de la population. En effet, de l¹aveu même de
tous les dirigeants miliaires israéliens, le risque que l¹Irak puisse
envoyer sur Israël des engins porteurs de substances chimiques justifiant
l¹emploi d¹un masque à gaz est voisin de zéro. Ce risque est ainsi qualifié
« d¹extrêmement improbable » par le chef d¹Etat-major de l¹armée.
Le gouvernement israélien, qui a dépensé des dizaines de millions de dollars
dans cette opération politicienne (mais qui réclame parallèlement des aides
financières beaucoup plus importantes à Washington) n¹a pas été jusqu¹à en
fournir aux populations palestiniennes que son armée occupe. Non plus qu¹aux
300.000 travailleurs venus des pays pauvres de la planète, qui assurent
aujourd¹hui (les Palestiniens étant interdits de séjour) des tâches
essentielles à la marche du pays. Ceux-là ont eu le droit de se procurer des
masques, mais en les payant de leur poche, le pays hôte jugeant qu¹il
n¹était finalement pas responsable de leur sécurité.
Or, il a été révélé mercredi que les masques en question sont périmés.

--------------------------------

TEL-AVIV, 12 mars 2003 (AFP) -
Les informations selon lesquelles les masques à gaz vendus par l'armée
israélienne aux travailleurs immigrés étaient périmés ont outré mercredi les
milliers de ces travailleurs vivant dans le quartier pauvre proche de
l'ancienne gare routière de Tel-Aviv.
La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre dans ce quartier
insalubre de l'est de la grande métropole israélienne où se côtoient les
travailleurs venus d'Afrique, de Chine, d'Asie et d'Europe de l'Est.
"C'est vraiment dégueulasse. Des amis m'ont téléphoné pour me mettre au
courant. Ici, les gens sont furieux", dit un travailleur philippin du
quartier déshérité de Neveh Shaanan.
Le scandale, éventé par la deuxième chaîne de télévision israélienne, a
suscité de vives critiques du secrétaire du Parti travailliste (opposition)
Ofer Pines. "Il s'agit d'une politique cynique et inhumaine à laquelle il
faut mettre fin immédiatement. On ne peut pas accepter de vendre à des
étrangers qui vivent chez nous des masques dont nous ne voulons plus", a
affirmé M. Pines à la radio publique.
Pour s'équiper de ces masques produits avant 1984, les quelques 300.000
immigrés légaux et illégaux vivant en Israël doivent pourtant verser 200
shekels (40 dollars) alors que les Israéliens reçoivent ce matériel, neuf,
gratuitement. La moitié de la somme versée par les immigrés leur sera
remboursée lorsqu'ils rendront leurs masques.
Selon la radio publique, ces vieux masques ont été prélevés sur des stocks
constitués de masques que les Israéliens ont restitués pour en obtenir de
nouveaux.
Trente-trois mille de ces masques ont déjà été vendus, selon la presse.
"Pourquoi nous ont-ils fait ça ? Nous devons débourser 200 shekels, ce qui
n'est pas rien pour nous qui gagnons difficilement notre vie", dit Michèle,
une employée de boutique originaire de Singapour.
La jeune femme qui s'exprime en hébreu a obtenu, gratuitement, comme tous
les Israéliens, son masque à gaz, vu qu'elle possède une carte d'identité
israélienne. Mais ses proches, ont dû payer les 200 shekels pour obtenir
leur kit.
"Masques ? Non, pas masques ! Trop cher !", lancent dans un hébreu
approximatif deux chinois qui se tiennent devant une misérable épicerie.
"J'en ai acheté un, mais je ne comprends vraiment rien à ces histoires de
masques périmés", dit désemparée, Joséphine, employée de maison philippine
âgée de 43 ans.
L'affaire a scandalisé de nombreux Israéliens du quartier.
"On s'est vraiment foutu d'eux", lance un boutiquier.
"On devrait faire une annonce en diverses langues pour les informer car la
plupart d'entre eux ne parlent pas l'hébreu", dit-il.
Georgio, un coiffeur philippin de 35 ans installé dans le pays depuis sept
ans ne cache pas sa colère. Il dit avoir alerté tous ses amis par téléphone.
"Des gens m'ont dit de m'adresser à notre ambassade. Ils viennent
généralement à notre aide", dit-il.
"Les kits (masques à gaz) remis aux travailleurs étrangers ont passé tous
les tests requis et ont été trouvés parfaitement conformes (aux normes) pour
une période de plus de six mois", a indiqué le ministère israélien de la
Défense, dans un communiqué.
"Ceux remis aux citoyens israéliens ont, évidemment, une durée de vie
substantiellement plus longue que la période passée dans le pays par un
travailleur étranger, la distribution de tels kits permettant d'éviter de
les renouveler trop souvent", ajoute ce communiqué.
Optimiste, Samson, 39 ans, un travailleur immigré venu du Ghana, balaye d'un
revers de main ces explications.
"De toute façon, je n'achèterai pas de masque vu qu'il n'y a aucun danger
que les Nations unies permettent au président américain George W. Bush
d'attaquer l'Irak", dit-il.

-------------------

Le texte ci-dessous témoigne de l'engagement au quotidien d'un certain nombre de femmes israéliennes pour la paix. Un engagement non spectaculaire, obstiné, qui
essaie de préserver de petits espaces de vie et de respiration, dans un
contexte terrible de destruction et de malheur qu'elles restituent au début
de leur rapport.

Rapport hebdomadaire des observatrices de barrages : "Machsomwatchers" (membres de la "Coalition des Femmes pour une Paix juste" en Israël), qui interviennent aux checkpoints de l'armée israélienne. Ce rapport est rédigé par Maya Mosenfeld universitaire israélienne qui est venue tourner en France une semaine, dans les universités, et qui est une
"observatrice".


Team : Chaya O., Lauren E., Maya R. Distinguished guests: Daniel and Barbara
from French solidarity delegation
 
Subject: Sunday morning, 09/03/03, at Etzion checkpoint, entrance to Etzion
military headquarters and Al-Khader elementary and secondary boys' schools.

General: Urban neighborhoods, townships and refugee camps in the southern,
northern and central parts of the Gaza Strip continued to be the major
targets of escalating IDF attacks and incursions this week, leading to the
killing of dozens, wounding of hundreds, and mass destruction of yet
unprecedented scale. Random IDF shootings in the midst and/or vicinities of
West Bank towns, particularly Nablus, Tulkarem and Jenin, left several more
Palestinian dead - including a deaf young man, a worker while passing
through an agricultural road, and others - and additional people wounded.
House demolitions continued on a grand scale, with demolitions of West Bank
homes taking place in the framework of "retaliation measures" against
families of either people on the IDF "wanted" list, or of those who
committed or were related to those who committed armed attacks, and with
demolitions in the southern Gaza Strip (on a by far larger scale) taking
place in the context of razing or "leveling" of entire areas bordering on
settlements and IDF strongholds. The assassination in Gaza city on Saturday,
March 08, by a launched missile attack of Dr. Ibrahim Makadme, a medical
doctor and a Khamas ideologist and activist, together with three other men,
closed IDF list of operations for this passing, especially bloody week
(Sunday March 2nd, Saturday, March 8th), during which at least 42
Palestinians were killed and at least 215 others were wounded.
 
This week's IDF's massive attacks on Gaza Strip  - in each of which attack
helicopters, tanks, armored vehicles, snipers  troops, and of course,
bulldozers were employed - began with the invasion of and assault on
neighborhoods in Khan Yunis on the morning of March 2nd, which left 2
Palestinians dead, dozens wounded, and 5 houses, including a 7 storey house
& commercial center destroyed. On the same afternoon, during the funeral
procession for one of the attacks' victims, a  nine year old was shot dead,
this close to the cemetery, located not far from Neve Dkalim settlement. The
offensive continued on the following day, Monday, March 3rd, this time with
al-Boreij refugee camp in the central Strip as its main target. The eight
Palestinian victims in al-Boureij, including a pregnant woman and two boys
(16 years old), were killed either as a result of either IDF shelling,
explosives used in house demolition, or snipers' shots. The offensive
culminated on the night between Wednesday and Thursday (March 5th),
following - though not necessarily connected to - the suicide bombing in
Haifa, which left 16 Israeli civilians dead, with the attack on Jabalya
camp, which left 11 Palestinian dead, including 7 victims of a tank
shelling, and more than 100 wounded. The number of victims reached 12 later
this week, with the death of one of the severely wounded. Then, on Friday,
March 7th, IDF invaded and reoccupied lands in the northern Gaza Strip, an
offense accompanied by mass uprooting of trees and vegetation. As mentioned,
Saturday morning saw the assassination of Hamas activist and three others,
by missiles launched from an attack helicopter.
 
In between these major invasions, assaults, attacks, etc., the bulldozing of
dozens of homes in Rafah and Khan-Yunis continued uninterruptedly. In the
West Bank houses were demolished in al-Fawwar refugee camp (south west of
Hebron), Bethlehem, Balata refugee camp, and Qaffin village (near Tulkarem).
 
Next week - in sh'aa Allah - I will report at some length on the situation
of Palestinian prisoners currently held in Israeli jails and detention
centers. As of last week, they number 6,250 - this, out of a total of more
than 28,000 who were arrested since the 28th of September 2000.
 
(This week's 'general' was compiled using several sources, including
Palestinian red crescent society, the Gaza based Palestinian Center for
Human Rights, Al-Ayyam daily, and others)
 
OUR SHIFT
 
Arriving at Etzion junction&checkpoint around 7.15 we found the place almost
empty of Palestinian presence. No busses, no cabs, no transits - apart from
settlers' vehicles, which moved freely of course - and only a score of
Palestinians standing outside the fence to the east of the checkpoint. These
- all workers from the Hebron district - were caught approximately one and a
half hours earlier, when they attempted to bypass the junction and
checkpoint, and were made to wait in the cold for their confiscated IDs to
be returned. Today's restrictions prohibited all Palestinian movement
between the Hebron and Bethlehem districts, including that of Palestinian
public transportation on the main roads, implying that busses, cabs, etc.,
were completely "grounded". Upon the request of the forsaken detainees at
the fence, we went to find the soldier or soldiers who confiscated their
IDs, but to no avail; even the thin forest - currently the prioritized site
for ambushes on workers - was left unmanned this morning, given the success
of all other "preventive" measures employed.
 
Returning to the checkpoint, we watched as one of the two soldiers staffing
the post ordered a small group, numbering three or four young women
pedestrians, to "get lost" ("yallah, ufu mikan"), this in response to the
women's pleas to continue their journey in the direction of Bethlehem.
Shortly after he joined his partner, a soldier well known to us, in a most
nasty and vicious harassment of a truck driver, the one and only who managed
to get to the checkpoint during that entire time while we were there. The
truck carried a load of several hundred large plastic sacks, each containing
neatly wrapped/arranged nylon bags. "Get lost" the first soldier told the
driver, "You have two options," continued the second, "either you unload all
these sacks and open them one after the other, or you piss off now". The
driver, a small man in his fifties, began unloading the sacks, tearing open
the wrap of the first one and looking at the harassing soldiers with
pleading eyes. It was an unbearable scene, more hard for me to take than
many of the perhaps more outrageous human-rights-wise violations I have
witnessed over these MachsomWatch years. (Unfortunately  I ended up
screaming at these soldiers, saying things I would regret later, which
forced us to withdraw from scene.)
 
We decided, nonetheless, to drive to the nearby military headquarters
(located approx. 1 km to the west of the checkpoint) and ask to speak with
the officers in charge of the soldiers we have just encountered. The soldier
at the gate could not help us, but coincidentally, the commander of Etzion
brigade, colonel (aluf mishne) Yaron, was just leaving in his jeep. Speaking
with him was another proof that currently it is all but impossible to
"communicate" with the higher ranking military officers in charge. This is
perhaps more so in the Etzion headquarters, known as a stronghold of the
dangerous species of settlers in arms, than in other military commands in
the West Bank, though I doubt if truly significant differences can be found.
Yaron could not care less about the incident at the checkpoint ("Shamaati",
he said with an apathetic look). When asked about the more crucial issue
regarding the preventing of Palestinian passage between two adjacent West
Bank districts he muttered: "no one is allowed to pass, and that's it. We
have affirmation of the Supreme court, and what authority do you (us
Watchers) have anyhow? ", and then went on to speak about Palestinians
asking for no permit to commit murders...
Taking place at the al-Khader school, the second part of our shift proceeded
within a completely different atmosphere. All at the teachers' room seem to
eagerly anticipate our visits these days. The issue at stake today was the
shutting down by the military of the elementary boys' and girls' school on
Monday last week (March 3rd). Having first listened to the story as it was
told by the Headmaster and teachers of the boy's secondary school (our 'home
base'), we later continued to the primary school, where Monday's tale was
recounted to us, this time by a supervisor from the Ministry of education
who was (actively) present at the scene: At about 8 in the morning, shortly
after schoolday began, an officer arrived at the school compound. The
supervisor who speaks good Hebrew welcomed him with a "good morning", only
to be ordered to see to it that the school be evacuated in ten minutes. The
pretext: a stone that was supposedly thrown at soldiers (on the main road)
by children shortly beforehand.  The supervisor and other staff members
tried their best to persuade the officer that this is a wrong and illogical
measure, but the officer went on saying that he wants this to be perceived
by the whole as a collective punishment. At any rate, he told the supervisor
and headmaster: "you are not in a position to argue or debate a matter which
is within my, and solely my capacity and control".  Nonetheless, when the
officer noticed how frightened were the boys and girls who left the school
compound following his command, he asked the supervisor to calm them and
explain that: "no harm will be done to them..." (imagine..). How can I calm
the little girls, replied the supervisor, when I myself am terrified of what
you are doing.
--------------------
26 février 2003

APPEL D'AMER ABDELHADI DE RADIO TARIK A NAPLOUSE -
Traduit de the electronic intifada.Texte en anglais disponible sur le site:
www.electronicintifada.net
(Amer Abdelhadi est le directeur général de Radio Tariq Al Mahabbeh, TMFM)
Traduit par Daniele Mourgue


"Ici Naplouse: M'entendez-vous?" 97.7,Amer Abdelhadi, de Naplouse, Palestine occupée

Etant donné que le monde est occupé par la guerre américaine contre le
Moyen-Orient, guerre qui n'a pas d'autre but que de dominer la région, j'ai
pensé que je me devais d'éclairer ceux qui ont réussi à trouver excuse sur
excuse à Israël, pays dirigé par celui que le Président des
Etats-Unis,George Bush, appelle "un homme de paix".
L'armée a envahi tranquillement la vieille ville de Naplouse le Mercredi 19
Février à 2 heures du matin. La plupart des habitants de la vieille ville
n'ont su que le lendemain que les soldats se cachaient dans des maisons du
secteur et sont allés travailler comme tous les jours;
Les élèves de l'école de filles Jamal Abdel Nasser ont reçu le choc de leur
vie quand elles se sont rendues à l'école et ont trouvé dans leurs salles de
cours des soldats israéliens et des prisonniers palestiniens aux yeux
bandés. "Aujourd'hui est un jour sans école, rentrez chez vous" leur a dit
le capitaine israélien qui commandait les soldats. Un des prisonniers était
attristé car il était détenu dans la salle de classe même où sa fille suit
ses cours.
Samir Khammash a été évacué de sa maison mercredi matin et autorisé à y
retourner plusieurs heures après: il a trouvé la moitié de sa maison
détruite par une explosion. Il a perdu sa chambre, son cabinet de toilette
et sa cuisine. Il vit maintenant avec le reste de sa famille dans une seule
pièce qui ne le protège pas de la pluie diluvienne qui s'abat sur la région.
Nous avons découvert plus tard que la plupart des maisons "fouillées" par
l'armée avaient, en réalité, été détruites. L'armée entrait dans chaque
maison et faisait sauter la cuisine et la salle de bains avant tout autre
chose afin de rendre les maisons inutilisables. Bien sûr, aucune explication
n'était fournie.
Le pire acte qui soit est la peine capitale pour des civils innocents.
Nasser Abu Safeyya marchait avec son vieux père dans la Vieille Ville, quand
ils soudain ils remarquèrent la présence de l'armée. Nasser a dit à son
père: "Ne t'inquiète pas, je resterai près de toi, je ne te quitterai pas ".
Quand les soldats les ont repérés, ils ont demandé à Nasser de s'écarter,
ils l'ont mis à terre et ont ouvert le feu, le tuant sur place, sous les
yeux de son père.
Ce qui a traversé l'esprit de ces soldats, nul d'entre nous ne le sait ni ne
peut le découvrir. L'armée dirait probablement qu'il a essayé de s'échapper
ou qu'il transportait des armes- un coupe-ongles passe aux yeux de l'armée
israélienne pour une arme de destruction massive.
Ahmad Abu Zahra, 11 ans, marchait avec son grand-père Ahmad Abu Zahra
senior, dans la vieille ville. Ils pensaient qu'ils étaient en sécurité car
ils marchaient à côté d'un camion de pompiers. Néanmoins, l'armée a ouvert
le feu, tuant Ahmad( le petit-fils) sur place. Le grand-père est mort
plusieurs heures après.
Les mêmes meurtres de sang-froid se sont produits le jour suivant et le jour
d'après et encore le jour d'après. Il n'y avait pas de ralentissement dans
le processus. Personne ne s'interroge sur les actions de l'armée ni sur ses
exactions. Qui s'interrogerait sur les actions d'"un homme de paix", comme
le Président des Etats-Unis appelle Ariel Sharon, qui est à nos yeux un
criminel de guerre?
L'opération militaire israélienne s'est terminée à l'aube du dimanche 23
Février. Le nombre de morts, les destructions de masse, les arrestations de
masse et la démolition d'habitations ont atteint un niveau sans précédent:
c'était bien pire que tout ce que l'armée avait pu faire en 249 jours,
depuis l'attaque sur Naplouse et les autres villes palestiniennes.
Au cours des derniers mois, beaucoup de voix se sont élevées pour prévenir
que les Israéliens attaqueraient les Palestiniens en cas de guerre contre
l'Irak. Les attaques ont déjà commencé. Personne n'a écouté, personne
n'écoute: ces mises en garde sont tombées dans l'oreille de sourds.
Les Palestiniens sont frustrés.Ils sont acculés, ils n'ont aucun choix ni
aucune alternative. On leur demande de renoncer à toute forme de lutte et
cela pour absolument rien. Le monde regarde, et pourtant le monde a fait si
peu.

-------------------------
31 Mars 2003

Humour palestinien : La vie quoitidienne sous l'occupation 
DAILY LIFE UNDER OCCUPA TION : PALESTINIAN HUMOR

     Since the Israeli re-invasion of Palestinian cities last April has left
most of the population confined to their homes, no cases of sun stroke were
reported in the Occupied Territories despite the hot Middle Eastern summer.
     With drivers hardly ever able to reach even fourth gear thanks to
checkpoints, car accidents are way down. We also save on petrol.
     Sharon is losing the demographic war with the Palestinians. What do you
expect people locked-up in their homes to do, especially when the power is
out and no TV?
     Outsiders think the Israeli Merkava tank is a formidable machine. But
we hear that Israeli soldiers don't like it. It has small openings so they
cannot steal whole computers from Palestinian homes and offices. That is why
there are so many reports of them opening up PCs and taking out only
motherboards and hard disks.
     At the Surda checkpoint, on the road from Ramallah to Birzeit
University and other villages, Israeli bulldozers are always busy digging up
the asphalt and piling mounds of earth and cement blocks. Every day we find
the distance to walk becomes longer. But there are positive aspects to it.
The exercise it takes to go across is making us fit, we are using this
chance to enjoy nature and the change of seasons, and using the opportunity
to meet friends and colleagues, help the elderly and sick across, exchange
the latest news and jokes, sympathizing with those arrested by Israeli
soldiers and often made to sit on the ground tied up and waiting for
'processing', and putting our remaining energy hating the occupation even
more.
     In spite of the terrible hardship, you still won't find people sleeping
on pavements like in New York or London. There are still a lot of family and
neighborhood safety nets. So we guess we still have a long way ! to go
before we become an advanced society.
     Ramallah is located between Tireh and Al-Bireh. Our own Tora Bora.
     Palestinians are nowadays afflicted by either one of two diseases:
Arafitis or Sharonitis.
     The other day I found, at a friends of ours, a lovely big dog with long
white hair. They named her Jessie. When asked where they got her from, they
said she ran away from Psagot, the Israeli colony (or settlement) built on a
confiscated hill overlooking Ramallah and Al-Bireh. The settlement has
multiple barbed wire fences, watch towers, an electrified perimeter,
constant guards and search lights at night. The buses traveling out, often
with very few passengers, have bullet proof glass and metal, with armored
cars in front and behind for protection. Do you blame Jessie for running
away from such a life?
     Confined to their houses, Palestinian children around Psagot are
excelling in a new/old hobby: flying kites. They are becoming very good at
it, flying kites and directing them high above the Israeli settlement with
pictures of Arafat or the Palestinian flag.
     The demonstrations that were taking place at night -- which involved
people banging on pots and pans to challenge the curfews -- were quite an
event. The practice was picked up from Argentina. The kids loved it, banging
on anything that makes a noise outside, venting their anger at the Israeli
soldiers and trying to scare the evil axe away.
     In the West Bank, we always felt that the people in Gaza have a worse
existence, taking a heavier toll of casualties, with a far higher percentage
of people living below the poverty line. But, the other day, a French lady
diplomat said to us, after visiting Gaza, that people there now feel more
sorry for the people in the West Bank, because we have curfews and they
don't.
     In Ramallah, we now have no police, no prisons, no security services,
no courts, no! traffic lights or fines, etc. Yet there seems to be very
little crime according to friends and neighbors. This is primarily because
there's not much left to steal, not that there's anyone left to compile
crime statistics, anyway!
     Old people, especially women, are more popular again. They have so much
to contribute now. Under curfew and closures, with no access to hospitals,
delivery of new babies is being done at home, without doctors. The skills of
old women are needed again as midwives. They are also digging up the old
recipes of how to make things at home: marmalade, pickles, preserving fruits
and vegetables, etc. They also help in keeping the young children happy with
old time stories. But my favorite is the following. The Israeli Occupation
forces announced recently that any car going round with men only could be
stopped and searched. A good friend of mine found an opportunity to make
some money. He is offering to rent his mother in law.
     Palestinians are the highest exporters of international news per
capita. Yet we don't get any returns from such exports, not even
intellectual copyright royalties.

        Ramallah, Palestine 
        Saad O. Khatib, Senior Research Consultant
        Economic Policy Programme - Ministry of Economy and Trade

---------------------
6 Février 2003

SACCAGE DOHEBRON : GUSH SHALOM DENONCE UN OFFICIER SUPERIEUR

L'organisation pacifiste israélienne Gush Shalom dénonce, dans
un courrier rendu public, un lieutenant-colonel de lOarmée israélienne,
responsable des opérations de saccage de la ville palestinienne de Hébron,
la semaine dernière. (traduction Tarek Naaba).

"Destinataire :
Brigadier-General Menachem Finkelstein
Judge-Advocate General
IDF, Israel
Fax 972-3-5694370

Cher Monsieur,

Jeudi 30 janvier 2003, les médias ont rapporté l'invasion de la ville
d'Hébron et sa mise sous couvre feu total par l'armée israélienne. Cette
double opération impliquait les Forces de Défenses Israéliennes (FDI) dans
une proportion jamais atteinte pour cette ville.
Le soir même, les journaux télévisés des deux chaînes israéliennes Channel 1
et 2, ont diffusé des interviews répétées de l'un des officiers : un
lieutenant colonel aux commandes de l'opération identifié uniquement par son
prénom, Eran, et sa responsabilité de commandant du bataillon Shahm.
Dans les différentes interviews, le lieutenant colonel Eran a
systématiquement répété :
"C'est notre intention d'appliquer de fortes pressions sur la population de
manière à lui faire expulser d'elle-même les terroristes de son sein".
En effet, à partir de ce jour les échos dans les médias israéliens et
internationaux, les découvertes des différentes organisations des droits de
l'homme et ce que nous apprenons directement d'Hébron par téléphone,
concourent à donner l'image d'actes graves dont la majorité semblent
principalement destines à nuire à la population civile et à sévèrement
entraver sa vie quotidienne.
Entre autres choses, nous avons entendu parler de rues d'Hébron fermées à la
circulation, bloquées par des monticules de terre ou d'énormes blocs de
béton dispersés à quelques centaines de mètres les uns des autres et
découpant la ville en une série d'enclaves isolées ; la fermeture générale
des radios et télévisions locales - précisément au moment où la population
emprisonnée chez elle par le couvre feu en a le plus besoin ; l'invasion par
des soldats israéliens de bureaux de l'Autorité palestinienne - dont les
fonctions étaient strictement civiles et vitales pour la population - la
destruction du matériel informatique, du mobilier, l'expulsion des employés
et la condamnation par soudure des portes des locaux ; la destruction au
bulldozer du marché aux légumes d'Hébron - ce qui implique la destruction
d'au moins une centaine d'étalages et la perte de beaucoup de produits
alimentaires dans une ville déjà très appauvrie ; enfin, la destruction de
22 maisons en l'espace d'une journée et ce, principalement sur des terres
convoitées, depuis longtemps, par des colons israéliens pour l'extension de
leurs propres enclaves armées, avec comme excuse que ces maisons auraient
été "construites illégalement".
La combinaison des déclarations de l'officier pré-cité - probablement
interviewé avec l'autorisation du porte-parole de l'armée - et des
témoignages de terrain, indique clairement et sans équivoque possible une
politique de punition collective contre la population d'Hébron.
Ceci constitue une violation nette de la 4e Convention de Genève ratifiée
par Israël.
Nous vous demandons de rappeler au Lieutenant-colonel Eran la gravité de ses
actes et les conséquences sévères qu'ils pourraient avoir pour lui-même,
pour l'armée israélienne et pour l'Etat d'Israël, suite au fait qu'il ait
assumé publiquement sa responsabilité personnelle dans la violation des lois
internationales, son identité ayant été gardée secrète.
De plus, nous aimerions que vous rappeliez leurs responsabilités aux
supérieurs de cet officier. Soit la politique dont il parle se fait avec
leur assentiment, sous leurs ordres, soit elle se fait de sa propre
initiative sans qu'ils ne l'arrêtent pour autant. Dans les deux cas, ils
partagent l'entière responsabilité de ces violations de la loi
internationale.
Nous espérons que vous accomplirez votre devoir d'officier en charge du
respect des Lois au sein de l'armée israélienne"

-----------------------
10 février 2003
Hébron la mort dans l'âme.

Tout, on leur a tout confisqué. Tout est terrifiant. Les Israéliens contrôlent chaque centimètre carré des soi-disant territoires autonomes. Mais ici à Hébron ils ont vidé récemment le centre historique, son poumon, pour laisser le champs libre à 400 colons juifs. Hébron est depuis 1967 le théâtre de violents affrontements entre les colons Israéliens et la population palestinienne. J'aime cette ville située dans un paysage collinaire splendide, à mille mètres d'altitude. Sa grande solitude me touche tout particulièrement. Je voudrais soulager ses peines immenses, amener tous les architectes du monde jusqu'à elle, avant qu'il ne soit trop tard. La ville a été divisée en deux secteurs en 1997. 160'000 palestiniens ont été placés dans le secteur H 1, sous autonomie Palestinienne. 40'000 palestiniens ont été placés dans le secteur H 2, sous occupation israélienne. Depuis 2001 la zone H 1 s'est trouvée elle aussi progressivement assiégée. Il n'y a donc plus aujourd'hui dans les faits, de nette distinction entre H1 et H2. Quelques centaines de colons protégés par des milliers de militaires Israéliens rendent la vie impossible aux habitants palestiniens.
Le monde devrait venir voir ce qui passe ici, pour mille raisons. La première est que si cette cruelle injustice a pu se perpétuer jusqu'à ce jour, la passivité de l'occident y est pour quelque chose. Certes, l'on ne vient pas ici sans appréhension. La peur est toujours là bien chevillée au corps.
Côté Palestinien l'accueil est des plus émouvant. Au point que l'on ressent parfois de la gêne. C'est l'armée israélienne occupante qui est terrifiante.
Elle ne devrait pas être là, mais elle est là, et elle serre chaque jour qui passe, un peu plus la vis. L'on se sent complètement impuissants là devant.
Le silence du monde, les mensonges des médias, font très mal ici. Ils sont même incompréhensibles.
Lors de mon passage en novembre, Hébron était déjà une cité terriblement meurtrie ; mais il y avait encore quelques ruelles ouvertes et un faible espoir que l'étaux se desserrerait. Il y a maintenant des check points fortifiés tous les 100 mètres ce qui rend le quotidien des gens invivable.
Se déplacer d'un coin à l'autre de la ville est un vrai cauchemar pour les
Palestiniens. D'autant qu'ils ajoutent des contraintes à la contrainte et ruinent l'économie. Le marché que l'armée a détruit à l'aide de bulldozers il y a trois semaines, pour tenir les Palestiniens loin du centre
historique, n'est plus qu'un amas de ferrailles. Aussi, mille cinq cent
commerçants ont été obligés de fermer leur boutique encore et toujours pour éloigner les Palestiniens des colons juifs extrémistes.
Dans ce contexte effrayant les enfants font peine à voir. Ils n'ont pas
droit à une vie d'enfant. Ils vivent dans la peur d'être fouillés, humiliés,
agressés par les soldats qui patrouillent. Comme ce bambin blessé cet après midi, que le père portait contre son c¦ur. Quand il nous a vus, il est venu vers nous pour nous prendre à témoin de ce que les soldats israéliens font : sous la couverture son enfant saignait. La colère étouffée de ce père accablé ne me quitte plus. Les gens vivent dans l'angoisse. A chaque coin de rue l'on rencontre des jeunes qui viennent spontanément nous parler des violences subies, de camarades morts sous les coups et les tortures. Ils vous disent l'horreur sans émotion. Pourquoi font-ils cela les Israéliens ?
Pour les de commentaires qui dénoncent la lâcheté du monde : « They kill Palestinians childrens. Will you say : we did know ? » « They distroy. We rebuild". Deux générations de Palestiniens n'ont vu qu'elle ; la violence.
Elle gâche leur vie. L'armée israélienne a fermé trois établissements scolaires qu'elle occupe, ce qui empêche 1700 ecbalies de suivre les cours.
C'est ainsi qu'elle procède pour s'annexer des biens ; selon cette pratique scandaleuse du grignotage qu'elle a institué. Impossible d'échapper à cette atmosphère asphyxiante.
ASPHYXIE était le mot que notre groupe a inscrit en arabe et en hébreu, sur une grand banderole pour protester contre l'existence des check points. Ce mot exprime parfaitement ce que les Palestiniens ressentent. Sur d'autres écriteaux nous avons inscrit : « This is apartheid » « This is racism ».
Nous étions une poignée d'internationaux ce midi à nous rendre avec
banderoles et écriteaux à l'endroit fatidique. Des grappes de Palestiniens étaient là, désoeuvrés depuis que l'armée israélienne les a contraints à fermer leur échoppe. L'occasion était trop belle. Quand ils nous ont vus arriver ils se sont ralliés à notre petit groupe comme un seul homme et se sont emparés de nos banderoles. D'autant que ce matin, l'armée leur avait lancé des grenades assourdissantes pour les tenir à l'écart de ce check de malheur. Les photographes que nous avions alertés étaient là. Mais aussi tout l'attirail qui laissait présager le pire. Les soldats montraient des signes de nervosité, de peur. La peur des soldats en armes est la pire ennemie des manifestants. Car paniqués ils peuvent tirer à tort et à travers. Chacun sondait l'autre dans un face à face chargé d'inquiétude mais aussi de volonté de résister. Pour mettre tous les oeufs dans notre panier nous sommes allés parlementer avec le commandant, pour faire valoir que leur frustration aux Palestiniens était légitime. Le commandant paraissait mal à son aise sous l'uniforme. La trentaine, le visage fin, il y avait dans son regard une espèce de gêne. Il a répété nerveusement :« I am not shoting you ». Il était flanqué d'un soldat qui n'avait pas plus de 19 ans. Ce dernier tremblait comme une feuille, bégayait. Pour la première fois ils se sentaient désignés de racistes. Nous étions très calmes, ils étaient déconcertés. Et cela avait laissé sa chance à l'humain et c'était miracle.
Nous nous sommes repliés après une demie heure, satisfaits. Nous avons répété cette action tout au travers des check point qui étranglent Hébron . Les Palestiniens sont venus nous dire merci, nous ont servi du thé. Notre petit geste leur avait donné un peu d'espoir - et cela n'entait pas rien en ce contexte où l'on ne respire plus - tout en n'oubliant pas que quoi que l'on fasse pour dénoncer les horreurs de l'occupation israélienne, rien ne change jamais en mieux pour eux. De notre côté, une fois notre action terminée, nous étions contents et amers à la fois, à l'idée que, avec notre meilleure volonté, nous ne sommes pas capables de les libérer de leurs chaînes. Ils étouffent mais ne se résignent pas. Ils sont épuisés mais ils se démènent comme des diables, pour ne pas se laisser abattre, jamais. Admirable.
 ------------------------------
22 janvier 2003

De Gush-Shalom, aujourd'hui : Aprés Al-Daba...La destruction de Nazat Isa

63 Stores in Once Flourishing Commercial Area Razed to the Ground by Israeli
Bulldozers for the Apartheid Wall Tuesday, January 21. In a scene which the
foreign press is calling othe biggest West Bank demolition in years, 63
stores in the commercial area of Nazlat ~Isa, in the district of
Tulkarem, were today razed to the ground. The Israeli military, arriving
this morning with 10 bulldozers and 300 soldiers, had by mid-day destroyed ¼
of Nazlat ~IsaTs commercial area. The military has assured of its return,
both verbally and in writing, to completely demolish the commercial zone.
The military had made an unwelcome visit this past Sunday to the shops,
stating that Monday, the following day, they would return and demolish the 2
stores of Ibrahim Khader Saleh and Osama Ibrahim Ahmad, and that two weeks
following, some time in February, another 20 would be demolished. In a
further exacerbation of an already criminal act, the military arrived to the
area today without warning to the storeowners, destroying 63 edifices along
with their contents"belongings, equipment, and supplies.
Demonstrators from the village and adjacent villages, including Palestinians
from inside Israel, as well as international and Israeli solidarity groups
were unable to deter the large-scale destruction.
Witnesses are describing the present scene as unimaginable, with
shock-ridden people comforting each other while others go through the
enormous piles of rubble that cover the entire length of the road, hoping to
find some"any--of their belongings.
Also today, and during the same time of the demolitions, LAW-the Palestinian
Society for the Protection of Human Rights and the Environment met with an
additional set-back in the Israeli courts when its petition to halt the
demolition of 11 stores and 2 homes in the same village of Nazlat ~Isa was
rejected, with the demolition orders being renewed. The Israeli judiciary
continues to play both a complicit and active role in the Occupation.
Nazlat ~Isa, with a population of 2,500, is situated just east of the Green
Line, with strong commercial, familiar and social ties with .the Palestinian
villages inside Israel on the other side of the Green Line.
Nazlat ~Isa is situated in IsraelTs self-proclaimed military zone between
the Wall and the Green Line and is one of at least 15 villages that is to
be confiscated for this zone in the northern ofirst phase of the Wall.
These demolitions will take place near the Green Line, while the Wall
itself, which will not be even visible from the village, is being built over
2 kilometers east of Nazlat ~Isa (and therefore over 2 kms inside the
Occupied Territories).
According to the residence of Nazlat ~Isa and to witnesses, the demolitions
are not only meant to destroy the lives and livelihoods of hundreds of
families, but is to seal the fate of the village and paves the road for the
transfer policy of the residence, leaving them homeless, landless, hungry,
and hopeless.

-------------------------
12 janvier 2003

Le travail incessant des associations de droits humains en Israël....
Le porte-parole des Forces Israéliennes de la Défense confirme : « Nous avons empêché les détenus mineurs de recevoir des visites de leur famille et de continuer leurs études »

En réponse à une lettre envoyée par le Comité Public Contre la Torture en
Israël (PCATI) qui demandait des renseignements sur les détenus mineurs, le
porte-parole de l'armée a confirmé que les mineurs détenus dans le Camp Ofer
n'avaient pas le droit de rencontrer leur famille pendant leur détention et
étaient empêchés de poursuivre leurs études. La réponse du porte-parole est
arrivée suite à une enquête faite par PCATI, qui avait reçu des informations
importantes sur de graves violations des droits des mineurs prisonniers dans
divers centres de détention de l'armée.
Un de ces cas, décrit dans une lettre séparée envoyée par PCATI au Procureur
Général de l'armée, le Major Général Menachem Finkelstein, est celui des
jumeaux Slaimade, 15 ans; ils ont été incarcérés pendant 6 mois, période
pendant laquelle il n'ont pu rencontrer leur famille ni continuer leurs
études, et leur condition de détention étaient dures et inappropriées.
Malgré les demandes de PCATI, les autorités militaires ne les ont pas
transférés de la prison de Benyamin à un centre approprié pour mineurs.
Quatre autres mineurs, âgés de 14 à 16 ans, ont été emprisonnés au Camp Ofer
pendant 6 mois, période pendant laquelle ils n'ont pu continuer leurs études
au prétexte que leur détention était provisoire. De plus, ils n'ont pu
recevoir de visites de leur famille, malgré le fait que cela soit spécifié
par la loi sur les mineurs. La réaction des Forces de Défense israéliennes
confirme la déclaration de PCATI que les mineurs n'ont pas la possibilité de
poursuivre leurs études. «Puisque la détention de mineurs au centre Ofer
était temporaire, les études n'ont pu avoir lieu et les visites des familles
étaient interdites» a déclaré le porte-parole.
D'après l'avocat de PCATI, Gaby Lasky, «On ne peut pas contester le fait que
l'armée est obligée de protéger les droits des mineurs emprisonnés. La loi
et les valeurs humaines de base demandent une protection stricte de ces
prisonniers. Apparemment, l'armée a manqué à ses devoirs dans ce domaine».

COMITE PUBLIC CONTRE LA TORTURE EN ISRAËL
POB 4634 Jerusalem 91064
Tel:972 2 563 0073 - fax: 972 2 566 5477
E-mail : pcati@stoptorture.org
Site web : http://www.stoptorture.org.il
Traduit de l'anglais par Ana Cleja

-----------
Journal du 3 janvier 2003 - B'TSELEM
B'Tselem est une association israélienne de défense des droits humains dans
les Territoires Occupéshttp://www.btselem.org/English/Newspaper/index.asp

DES SOLDATS DES FORCES ISRAÉLIENNES TONDENT LA TÊTE DE PALESTINIENS

Cette semaine, B'Tselem a publié un rapport décrivant un incident grave: des
soldats israéliens ont violenté cinq Palestiniens chez un coiffeur de
Hébron. Le 3 décembre, quatre soldats ont cogné à la porte du magasin.
Ils ont ordonné à deux passants de crier aux personnes à l'intérieur
d'ouvrir la porte et ont menacé d'ouvrir le feu. Vingt minutes plus tard, le
commerçant a ouvert la porte. Les soldats sont entrés et ont demandé aux
cinq Palestiniens à l'intérieur d'enlever leur veste et de leur remettre
leur carte d'identité. Ils ont fouillé les hommes tout en leur donnant des
coups de poings dans l'estomac. Un des soldats a ordonné à deux des
Palestiniens de s'asseoir dans le fauteuil, et les a tondus tout en les
battant. Il a alors pris une bouteille de shampooing et ordonné au coiffeur
d'ouvrir la bouche. Quand le coiffeur a refusé, le soldat a essayé de lui
ouvrir de force. Puis il l'a frappé au visage avec un seau en métal. Le
coiffeur est tombé à terre, gémissant de douleur et saignant du nez. Le
soldat lui a donné des coups de pied et lui a ordonné de se taire en le
menaçant de lui tirer dessus.
Des enfants dans la rue ont commencé à jeter des pierres sur les soldats.
Les soldats ont emmené trois Palestiniens au milieu de la rue et ont utilisé
leurs épaules comme appui pour tirer. Quand l'un des Palestiniens a essayé
de bouger pour éviter d'être touché par une pierre, le soldat lui a donné
des coups de pied.
Environ une heure plus tard, les soldats sont partis en emmenant les cinq
cartes d'identité toujours en leur possession. Ces cartes ont été retrouvées
le lendemain jetées dans la rue.
L'armée a ouvert une enquête suite à ce rapport, mais ce cas ne représente
que le haut de l'iceberg. L'humiliation aux check-points, les coups et les
«punitions» de civils qui violent le couvre-feu sont des faits qui se
passent chaque jour et que l'armée a choisi d'ignorer.

-------------------
 Mardi 31 décembre 2002

Meurtres d'enfants et boucliers humains par Françoise Germain-Robin (in L'Humanité du 31.12.03)

Deux enfants palestiniens ont été tués d'une balle dans la tête par des
soldats israéliens au cours du dernier week-end : une petite fille de neuf
ans, fauchée devant sa maison du camp de réfugiés de Khan Younès, et un
garçon de onze ans, qui revenait de l'école, son cartable sur le dos, à
Tulkarem, ville du nord de la Cisjordanie. Une balle dans la tête, voilà qui
est difficile, tant le tir est précis, à faire passer pour une " bavure ".
Mot horrible quand il camoufle la mort d'enfants réduit en un instant, pour
rien, parce qu'ils se sont trouvés sur le chemin d'un soldat, à l'état de
cadavre. Les exactions des soldats israéliens, qui sont rarement punis pour
leurs crimes, se multiplient. Hier, c'est encore un jeune palestinien de
vingt ans, Jamal Zabbaro, qui est mort à Naplouse. Une balle dans la tête,
lui aussi. Tout simplement parce qu'il lançait des pierres contre une
patrouille d'occupation, en plein centre de la casbah de cette ville
historique presque complètement détruite par les chars et les bombes depuis
avril dernier. Des exactions dénoncées une nouvelle fois par un récent
rapport d'Amnesty International mais aussi par l'association israélienne de
défense des droits de l'homme B'Tselem.
Hier, cette dernière a accusé l'armée israélienne de continuer à recourir à
des " boucliers humains " palestiniens, malgré une interdiction de cette
pratique par la Cour suprême en août. B'Tselem relate par exemple que le 3
décembre, à Hébron, des soldats israéliens, après avoir arrêté et battu cinq
Palestiniens âgés de dix-neuf à vingt-quatre ans, ont " utilisé trois
d'entre eux comme boucliers humains en ouvrant le feu, par-dessus leurs
épaules contre des lanceurs de pierres ". " Ce grave incident, écrit
B'Tselem, qui demande une enquête, ne représente que la partie émergée de
l'iceberg, les abus des militaires contre les Palestiniens étant quotidiens
dans les territoires occupés. "

LA COUR DÉBAT - de nouveau - SUR LES BOUCLIERS HUMAINS

Dimanche, la Haute Cour de Justice recevra la pétition établie par des
organisations des droits humains contre l'utilisation par l'armée de civils
palestiniens comme boucliers humains. Suite à l'enregistrement de la
pétition en mai, l'État a informé la Haute Cour de Justice que l'armée
israélienne arrêterait d'utiliser les civils comme boucliers humains, mais
qu'elle continuerait la «procédure de voisinage» - dans laquelle l'armée
ordonne à un Palestinien de sommer la personne que l'armée veut arrêter,
de quitter sa maison.
Après qu'un habitant de Tubas ait été tué quand l'armée l'a utilisé dans une
«procédure de voisinage», la Haute Cour de Justice a ordonné une suspension
provisoire interdisant l'utilisation de cette procédure. Mais les soldats
ont continué à l'utiliser. En novembre 2002, les défenseurs de la pétition
ont déposé une requête auprès de la Haute Cour de Justice contre l'armée
pour outrage.
Ce n'est que le 5 décembre que l'État a envoyé sa réponse à la Haute Cour,
répétant ce qu'il avait dit auparavant: que la «procédure de voisinage»
était légale. Dans son effort pour donner de la légitimité à cette procédure
qui a été critiquée par la Haute Cour de Justice et encore plus par
les médias, l'État l'a rebaptisée «Procédure Opérationnelle -Avertissement».
Mais les changements de cette procédure ne sont que «cosmétiques» et ne la
rendent pas plus légale ou morale. Pendant ce temps, les soldats continuent
d'utiliser les civils palestiniens comme boucliers humains.
Toute utilisation de civils pour des tâches militaires est illégale. Il est
légitime pour l'armée de prendre en compte la sécurité des soldats. Mais le
devoir de la population civile n'est pas de protéger les soldats. De plus,
la protection des soldats n'annule pas le devoir de l'armée de protéger les
civils, et ne permet certainement pas de permettre des actions qui mettent
leur vie en danger.

Traduit de l'anglais par Ana Cleja
--------------
24 octobre 2002
Le rabbin Eliahou : «Il est permis de cueillir les olives des plantations palestiniennes » par Avishaï Ben Haïm
Article mis en ligne le 24 octobre 2002 sur le site internet du quotidien israélien Yediot Aharonot

Le rabbin, qui est parmi les plus importants du sionisme religieux, a dit
qu'il était permis de prendre la récolte des plantations palestiniennes car
elles «sont plantées dans notre région». Le dilemme, pour le rabbin, est de
savoir s'il faut y prélever la dîme (troumot et maasérot). Le fils du rabbin
a précisé: «Pour l'application, il faut demander conseil au rabbin local.»
Sur fond de confrontations entre colons et cueilleurs d'olives palestiniens,
le rabbin Mordechaï Eliahou, parmi les plus importants du sionisme
religieux, a établi, cette semaine, qu'il était permis de cueillir les
olives des plantations des Palestiniens et de prendre leurs récoltes. Le
rabbin Eliahou a tenu ces propos lors de sa visite avant-hier à Havat Gilad
et ils ont été diffusés pour la première fois par un reporter de la Chaîne
10 (Arouts 10), Yanoun Magal.
Parmi les propos tenus par le rabbin devant les gens présents sur place, il
a dit: «Il est écrit au verset [44, du Psaume 105] «[Il leur octroya] les
terres des peuples et ils héritèrent du travail des nations »,... De quoi
s'agit-il? Un homme a un champ, une terre. Vient quelqu'un qui plante un
arbre sans l'autorisation du propriétaire de la terre, et le propriétaire de
la terre n'a pas vu, n'a pas prêté attention ou n'a pas pu l'empêcher. Après
cela, il vient avec la force et dit au propriétaire de l'arbre «tu as planté
sans autorisation sur ma terre, l'arbre restera ici, les fruits sont à moi,
et toi tu pars d'ici!» Alors de même si les goyim plantent des arbres dans
notre région, plantent des fruits, plantent des maisons même, et aussi des
maisons que tu n'as pas construites, et des arbres et des fruits que tu n'as
pas plantés. Pourquoi? La terre est la nôtre. Et tu as construit une maison
à un endroit qui est à moi, tu plantes un arbre, alors, la terre étant à
moi, les fruits sont à moi. Alors toutes choses sont au peuple d'Israël. Il
reste seulement la question de savoir s'il faut prélever la trouma ou ne pas
prélever la trouma. C'est pourquoi il est dit «ils hériteront du travail des
peuples». Si les nations font quelque chose sur la terre d'Israël, ils
travailleront et travailleront mais ils le transmettront, cela nous
reviendra: le tout...»
Le fils du rabbin, le rabbin Shmouel Eliahou de Tsfat, a déclaré en réponse
à ces propos, qu'il s'agissait d'une décision rabbinique concrète, «mais
pour l'application pratique, chacun doit demander conseil au rabbin local
puisque, bien qu'il est évident que la terre d'Israël est un butin aux mains
des Arabes, il n'est pas facile de décider si un particulier est autorisé à
cueillir, ni ce qu'il faut faire du fruit et qui peut en jouir.»
Le député Mossi Raz (du parti Meretz) a réagi en déclarant que «les paroles
du rabbin Eliahou s'ajoutent à toute une série de tristes propos qui
reflètent le grave déclin qui se produit chez Mafdal [parti religieux
nationaliste] et Yesha [représentant les colons de Judée, Samarie et Gaza].
A la lumière de tels propos, il n'est pas étonnant que ses hassidim
imbéciles tirent sur les cueilleurs d'olives palestiniens et à partir de là,
le chemin est court jusqu'aux atteintes contre les soldats de l'armée
d'Israël comme nous l'avons vu à Havat Gilad.»

Traduit de l'hébreu par Michel Ghys